OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Burkina/Attaque d’un convoi à Gaskindé : qu’est-ce qui peut justifier cette folie meurtrière ?

L’indignation et l’incompréhension étreignent plus d’un Burkinabè après l’attaque terroriste ignoble contre un convoi de ravitaillement à destination de Djibo, dans le Sahel, le lundi 26 septembre 2022. Que se passe dans la tête de ces criminels qui se livrent à cette logique du chaos ?

Que veulent-ils au juste en semant la désolation ? Non contents d’avoir chassé de nombreuses populations de leurs villages, ils veulent asphyxier les quelques rares habitants qui tiennent vaille que vaille, à leur terre. Rien, absolument rien, ne peut justifier cette volonté malsaine de donner la mort et de se retrancher lâchement dans la brousse pour attendre une occasion de faire couler le sang d’innocents.

Cette violence inutile contre de pauvres gens qui ne demandent qu’à vivre est inconcevable. Au moins si ces terroristes formulaient des revendications précises, l’on pourrait cerner leur projet nihiliste et tenter d’apporter la réponse appropriée.

Par-delà l’incompréhension face à cette barbarie innommable, ce sont les autorités actuelles qui sont sérieusement interpellées quant à l’ampleur dévastatrice du péril terroriste. Aujourd’hui, de nombreuses localités comme Solenzo, Gossina et autres sont sous le diktat des groupes terroristes. Les quelques habitants qui sont restés sur place attendent une riposte de la part des forces de défense et de sécurité. Et elle se fait toujours attendre !

Qu’attend-on avant d’intervenir à Solenzo, en dépit des cris de détresse lancés, depuis lors ? La junte au pouvoir s’est appuyée sur la dégradation de la situation pour renverser un régime démocratiquement élu, le 24 janvier 2022. Après neuf mois aux affaires, l’assurance promise tarde à voir le jour. L’on a même l’impression que l’on fait du surplace, tant les choses vont de mal en pis. Face aux Burkinabè de New York, le 24 septembre 2022, le chef de l’Etat, Paul Henri Sandaogo Damiba, a ouvertement déclaré qu’il a les capacités pour faire la guerre.

En tout cas, c’est tout ce que la majorité de ses concitoyens souhaite. Oui, il faut en finir avec ce cauchemar mortifère. L’heure est à l’action, et il sied d’ôter les œillères pour affronter la réalité qui est plus qu’alarmante. Les effets des différentes initiatives prises jusque-là, ne sont pas encore perceptibles sur le terrain.

L’on avait pensé que l’effectivité des zones d’intérêt militaire aurait pu éviter des attaques de l’envergure de celle de Gaskindé où le bilan des dégâts humains et matériels est difficile à établir. Hélas, le désespoir gagne du terrain avec les expansions et attaques terroristes. La tendance doit être impérativement renversée. Sinon, ce ne sont pas les griots de circonstance, mus uniquement par leurs intérêts, qui chantent à tue-tête des louanges sorties tout droit d’une fiction, qui sauveront le pays des griffes terroristes. Il faut se réveiller…

La Rédaction/Ouaganews

Articles similaires

Accords de défense Mali-France : Bamako veut leur relecture

Ouaganews

« L’assassinat de Thomas Sankara a été minutieusement préparé » Daouda Traoré, témoin

Ouaganews

COVID-19 : 74 stagiaires de l’ENAM testés positifs ont donné leur localisation

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.