OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina : la BAD prévoit un taux de croissance économique de 5% en 2022

Dans sa publication phare de son dernier rapport « Perspectives économiques en Afrique 2022 » parue le 24 mai 2022, la Banque africaine de développement (BAD) table pour l’Afrique subsaharienne, sur un ralentissement de la croissance à 4,1 % en 2022 contre 6,9 % l’an dernier. Pour le Burkina, le taux de croissance économique serait de 5,0% en 2022 contre 6,7% en 2021.

 Selon la Banque, la décélération économique projetée en Afrique en 2022 reflète l’atténua­tion des effets de base et les incertitudes liées à la persistance de la pandémie de Covid-19 ainsi que l’impact de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Du fait que ces 2 pays sont les principaux fournisseurs de céréales du continent, l’inflation devrait rester élevée en 2022, soit 13,5% contre 13,0% en 2021.

La hausse du prix va peser lourdement à court et à moyen terme sur les budgets des pays, en particulier ceux dépendant d’importations d’énergie et de denrées alimentaires. Près de 1,8 million de personnes supplémentaires pourraient plonger dans l’extrême pauvreté en Afrique en 2022 à cause de la situation et 2,1 millions en 2023.

Pour la BAD, les perspectives de croissance économique du « Pays des hommes intègres » devraient être compromises par l’instabilité sociopolitique, après le coup d’État du 24 janvier 2022 et la situation sécuritaire. L’activité économique devrait ralentir, pour atteindre 5,0 % en 2022 et 5,4 % en 2023 soutenue par le commerce et l’extraction de l’or. L’inflation se fixerait à 5,8% en 2022, en lien avec l’impact de la crise russo-ukrainienne.

Le déficit budgétaire devrait se situer à 5,9% et 5,1 % du PIB respectivement en 2022 et 2023, impu­table à l’augmentation des dépenses sécuritaires et humanitaires. Quant au ratio d’endettement, elle devrait se fixer à 52,2 % en moyenne sur les deux années (2022 et 2023) en raison de l’utilisation accrue des obligations du Trésor et le solde du compte courant resterait excéden­taire, grâce à la hausse en valeur des exportations d’or et de coton.

ATM/OuagaNews.net

Articles similaires

Chine-Burkina : « Unir nos forces pour construire un avenir commun » Li Jian

Ouaganews

Protection des droits des travailleurs migrants… : présentation du 2e rapport périodique du Burkina à Genève

Ouaganews

Burkina/Lutte contre le terrorisme : le nouveau CEMGA promet un nouveau souffle

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.