OUAGANEWS
A la Une Economie & Développement

Burkina/Assurance agricole : 107 producteurs sinistrés indemnisés

Il s’est tenu ce mardi 23 février 2021 à Ouagadougou, au Ministère de l’agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation, la cérémonie de lancement des indemnisations des producteurs sinistrés, lors de la campagne agricole 2020-2021. Présidée par le ministre de tutelle, Salifou Ouédraogo, 107 producteurs sinistrés ont été indemnisés à hauteur de quatre millions sept cent soixante et un mille quatre cent cinquante (4 761 450) francs CFA.

Il faut retenir que c’est dans l’objectif de réduire la vulnérabilité des producteurs aux changements climatiques et d’améliorer leurs revenus, que le gouvernement, dans sa politique de gestion des risques agricoles et alimentaires, a mis en place un mécanisme d’assurance agricole.

Selon le ministre, l’assurance agricole concerne trois spéculations : le maïs, le riz et le sorgho et la phase-pilote a été conduite dans trois régions, à savoir la Boucle du Mouhoun, le Centre-Ouest et l’Est.

La cérémonie a été présidée par le ministre de l’agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation, Salifou Ouédraogo (milieu)

 

Pour la campagne agricole 2020-2021, le maïs est la seule spéculation concernée. 369 producteurs ont souscrit à l’assurance pour une couverture de 492 hectares. Pour marquer sa volonté de promouvoir et d’apporter son soutien aux producteurs, la prime de souscription est subventionnée à hauteur de 50% par le gouvernement, soit six mille cent quatre-vingt-quatorze (6 194) francs CFA par hectare pour un coût estimé à douze mille trois cent quatre-vingt-sept (12 387) francs CFA. Ainsi, c’est au total 107 producteurs qui ont été déclarés sinistrés et ont été indemnisés à hauteur de quatre millions sept cent soixante et un mille quatre cent cinquante (4 761 450) francs CFA, a déclaré le ministre Salifou Ouédraogo.

« Durant la campagne agricole 2020-2021, j’ai subi une perte à cause des poches de sécheresse qui ont perturbé le développement normal de ma production de maïs. Grâce à ma souscription à l’assurance agricole, je bénéficie d’une indemnisation qui va me permettre de subvenir aux besoins de ma famille et préparer la campagne agricole prochaine », a témoigné un sinistré, Boukary Nébié, producteur dans le Centre-Ouest

La gestion efficace des risques agricoles constitue un puissant levier de sécurisation des investissements dans le secteur, a laissé entendre le ministre Salifou Ouédraogo, avant d’ajouter que la mise en place de ce mécanisme traduit la volonté du gouvernement à améliorer le climat des affaires dans le secteur rural et inciter davantage les investissements privés. Le premier responsable du département de l’Agriculture a également annoncé, en termes de perspectives la création de nouveaux produits assurantiels et le couplage du mécanisme d’assurance agricole avec l’offre de services financiers adaptés aux besoins du monde rural.

Pour le directeur général de la Société nationale d’assurance et de réassurance (SONAR-IARD), Thomas Zongo, la mise en place de l’assurance vise à encourager et rassurer tous ceux qui investissent dans l’agriculture face aux risques climatiques.  Il a précisé que le mécanisme est subventionné à 50% par l’Etat burkinabè. A la souscription, le producteur paie 6 193 F CFA à l’hectare au lieu de 12 387 FCFA, et en cas de sinistre, il est dédommagé à hauteur de 130 000 FCFA/hectare. Il faut noter que les dommages sont versés, en espèces, en fin de campagne aux producteurs sinistrés.

P. Théophile KABORE

Articles similaires

Burkina/Elections : des citoyens saisissent le Conseil constitutionnel sur la loi électorale N°034-2020/AN du 25 août 2020

Ouaganews

Perspectives économiques en Afrique subsaharienne : le FMI prévoit une contraction économique de 2% en 2020 au Burkina Faso

Ouaganews

Construction d’ouvrages électriques : 6 postes électriques et 220 km de lignes électriques lancés

Ouaganews

Laisser un commentaire