OUAGANEWS
A la Une Société

Burkina /Conseil des frontières : la stratégie nationale de gestion en examen

Le vendredi 26 février 2021 à Ouagadougou, s’est tenue la 1ère session ordinaire du conseil des frontières, au titre de l’année 2021. Présidé par le Premier ministre, Christophe Dabiré, les différents acteurs réfléchiront sur la Stratégie nationale de gestion des frontières (SNGF), adoptée en 2015, avec son plan d’actions, dénommé Programme d’appui à la gestion intégrée des frontières (PAGIF).

Il n’est un secret pour personne que le Burkina Faso, du fait de son enclavement, partage une frontière d’environ 3615 km avec six (06) pays avec lesquels les limites exactes ne sont pas encore entièrement matérialisées. C’est sur ces propos que le ministre en charge de l’administration territoriale, Clément Sawadogo, a introduit les travaux de la 1ère session ordinaire du conseil des frontières, au titre de l’année 2021. Pour lui, Il se pose alors le défi de la sauvegarde de la souveraineté nationale et la nécessité de faire des zones frontalières, de véritables espaces de développement et d’intégration, conformément aux options politiques du Burkina et aux recommandations de l’Union africaine.

En effet, selon le ministre, pour relever le challenge, une stratégie nationale de gestion des frontières (SNGF) a été adoptée en 2015, avec son plan d’actions, dénommé Programme d’appui à la gestion intégrée des frontières (PAGIF).

Le Premier ministre, Christophe Dabiré (au milieu) a présidé la cérémonie

Cette stratégie vient en réponse aux maux auxquels sont confrontées les localités frontalières, à savoir le terrorisme, la criminalité transfrontalière et les trafics de tout genre. Elle constitue également, un outil de référence pour promouvoir le développement de ces localités, jadis considérées des zones délaissées ou négligées par les politiques publiques.

A cet effet, l’objectif de la stratégie nationale de gestion des frontières est de « contribuer à l’impulsion du développement socioéconomique et culturel durable des espaces frontaliers, dans un environnement de paix et de sécurité », a laissé entendre le ministre de l’administration territoriale.

Pour Clément Sawadogo, lors de la dernière session, la présentation du bilan de la première phase a mis en lumière la difficulté rencontrée dans la mise en œuvre convenable du PAGIF, en raison notamment, de contraintes d’ordre structurel, économique, organisationnel et financier. « Cela nous a conduits à prendre des mesures correctives, en proposant une réforme nécessaire à une mise en œuvre performante de la stratégie nationale de gestion des frontières », a-t-il déclaré

Tout en souhaitant plein succès aux travaux, le patron de la cérémonie, le Premier ministre, a indiqué que la présente session vise à évaluer l’évolution des différents dossiers relatifs à la gestion de nos frontières, depuis la dernière session, tenue le 19 juin 2020 et à formuler des orientations pour l’année 2021.

En rappel, douze (12) recommandations ont étés formulées, à la précédente session. Ce sont entre autres :sécuriser les ressources dédiées à la gestion des frontières, diligenter la signature des contrats des conseils juridiques chargés de la défense des prétentions du Burkina devant la CIJ et la sécurisation des zones frontalières.

Selon le PM, des évolutions majeures ont été enregistrées dans la conduite de certains dossiers relatifs à la gestion des frontières, malgré la persistance des difficultés et l’émergence de nouveaux défis. C’est pourquoi, il a salué l’abnégation, le dévouement et la détermination avec lesquels les collaborateurs et partenaires ont œuvré à l’atteinte des objectifs de la stratégie nationale de gestion des frontières.

P. Théophile KABORE

Articles similaires

Politique en Côte d’Ivoire : les Burkinabè invités à ne pas s’en mêler

Ouaganews

Projet de loi rectificative du budget de l’Etat 2020 : les députés donnent leur quitus

Ouaganews

Propos du Pr Pierre Meyer sur Facebook : l’Université Thomas Sankara s’indigne et suspend la cérémonie prévue pour lui rendre hommage

Ouaganews

Laisser un commentaire