OUAGANEWS
A la UneEditorial

Guinée : Cellou Dalein Diallo, réaliste et pragmatique

Le 6 septembre 2020, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a été investi candidat à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain par son parti, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Après avoir battu le pavé avec d’autres leaders de l’opposition et de la société civile contre la modification de la Constitution qui ouvrirait la voie à un 3e mandat au président Alpha Condé, au sein de la coalition Front national de défense de la constitution (FNDC), Cellou Dalein Diallo a choisi de poursuivre son combat dans les urnes.

Si sa décision de participer à la présidentielle va à l’encontre du principe du FNDC qui avait opté pour le boycott pour protester contre le 3e mandat d’Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo a fait preuve d’un réalisme et d’un pragmatisme politiques. A partir du moment où le régime Condé a fait la sourde oreille, en adoptant la nouvelle Constitution qui lui a donné le quitus pour se représenter, il est tout à fait normal de tenir compte du fait accompli. C’est ce que le chef de file de l’opposition qui est arrivé en tête, au 1er tour de la présidentielle de 2010 a compris en déposant sa candidature.

L’expérience a montré que la politique de la chaise vide n’a jamais fait avancer les choses en Afrique, dans la mesure où les détenteurs du pouvoir font dans le déni de la réalité en méprisant les règles du jeu démocratique. Des centaines de jeunes Guinéens sont tombés sous les balles assassines du régime Condé, tout simplement parce qu’ils ont eu le courage de dire « non » à son 3e mandat. Leur sacrifice ne doit pas rester vain. En choisissant d’affronter l’octogénaire Alpha Condé dans les urnes, Cellou Dalein Diallo envoie le symbole que ceux qui ont payé de leur vie pour empêcher la forfaiture de Condé méritent qu’on respecte leur mémoire. Laisser le boulevard à un assoiffé de pouvoir en boycottant la présidentielle, c’est quelque part pour l’opposition, donner l’illustration d’un défaitisme patent.

La candidature de M. Diallo est un signe d’espoir pour les milliers de Guinéens épris de justice et de démocratie. Si l’opposant historique Alpha Condé s’est illustré de la pire des manières, à travers une gestion autocratique du pouvoir, l’opposition doit entretenir cette flamme de l’espérance et d’un lendemain plus rassurant pour la Guinée. L’engagement politique est stérile, s’il ne sait pas incarner les germes du renouveau et de la rédemption.

Si la Constitution guinéenne a été modifiée, au mépris de la volonté du peuple, le scrutin présidentiel peut être l’occasion d’une belle revanche. Il est donc, encore temps que les autres ténors de l’opposition guinéenne comme Sydia Touré, Lansana Kouyaté et Faya Millimono se fassent une raison et s’engagent à soutenir leur compagnon de lutte dans la course au fauteuil présidentiel. C’est dans cette perspective qu’ils pourront faire barrage à la confiscation du pouvoir par Alpha Condé.

La Guinée mérite mieux que cette mascarade que le régime Condé veut imposer comme démocratie. A court d’arguments, ses partisans et griots, avides d’espèces sonnantes et trébuchantes passent le clair de leur temps à dire qu’il y a d’autres chefs d’Etat qui ont fait plus de 20 ans au pouvoir, sans être inquiétés. Subitement, les mauvais exemples sont devenus la norme pour eux. Face à un régime qui a les apparences d’une dictature, Cellou Dalein Diallo n’a d’autre choix que de tenir bon. C’est pourquoi sa candidature est salutaire. Nul ne sait la surprise que réserve le 18 octobre.

Ahmadou Bayala

Articles similaires

Transformation de l’agriculture : l’ONG AGRA aux côtés du Burkina

Ouaganews

Cyclisme/33e Tour du Faso : le circuit des étapes dévoilé

Ouaganews

UPC : les députés dressent leur bilan partiel

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.