OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Guinée : donner une chance au cadre de dialogue-Ouaganews

Le cadre de dialogue inter-guinéens, voulu par les premières autorités, a été lancé ce jeudi 24 novembre 2022, à Conakry, la capitale. Déjà, il est confronté à des difficultés majeures qui risquent de compromettre ses chances de réussite.

En dépit des efforts déployés pendant six semaines par le gouvernement pour convaincre tous les états-majors des politiques et des organisations de la société civile de prendre part à ce cadre de concertation crucial, les résultats sont mitigés.

Et pour cause, les ténors de l’opposition et de l’ancien régime déchu d’Alpha Condé refusent de participer au dialogue, au motif qu’il n’est « ni franc, ni loyal, ni sincère. » Les coalitions politiques qui soutiennent l’ancien président Alpha Condé et les anciens Premiers ministres Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ont simplement décidé, pour l’instant, de décliner l’invitation.

Un porte-parole de l’opposition au régime militaire a même précisé que l’emprisonnement de hauts cadres de l’ancien régime et les poursuites judiciaires contre d’autres personnalités sont un frein au dialogue voulu par le régime actuel.

C’est donc un début délicat pour ce cadre de dialogue inter-guinéens qui demeure une étape indispensable dans la conduite de la Transition. Sans ce consensus minimum, il serait difficile de panser les plaies qui ont conduit au coup d’Etat du 5 septembre 2021.

La Guinée a profondément mal à son processus démocratique miné par des rivalités farouches sur fond de considérations régionalistes et ethniques. Cette méfiance entretenue par la classe politique empêche véritablement d’amorcer un départ salvateur pour ce pays qui a été longtemps plombé par une gouvernance claudicante.

Le président de la transition, le colonel Mamady Doumbouya, à l’exercice du pouvoir, semble tomber dans le piège des intrigues politiques qui ont toujours pris en otage l’avènement d’une gouvernance au service de tous.

Lui, qui, au petit matin du 5 septembre 2021, clamait trivialement qu’il fallait « faire l’amour à la Guinée », est en train de prolonger les éternelles incompréhensions d’une classe politique empêtrée dans un jeu stérile de l’ego.

Quoi qu’on en dise, ce cadre de dialogue inter-guinéens est une opportunité pour les Guinéens de se retrouver et d’appréhender ensemble, sans complaisance, le drame de leur pays. C’est pourquoi, il sied de convaincre les sceptiques à se raviser en allant au dialogue.

L’expérience a montré plus d’une fois que la politique de la chaise vide a été toujours inféconde. Se claquemurer dans ce refus de prendre part aux pourparlers, c’est quelque part mettre au second plan, l’avenir de toute une nation et de ses fils.

Il est attendu aussi des autorités guinéennes de prendre en compte les griefs de l’opposition, afin de trouver le juste compromis qui va permettre un tant soit peu, de sauver les meubles. Faire la sourde oreille aux préoccupations soulevées par les opposants, serait ouvrir la voie à un échec au cadre de dialogue.

Il faut l’admettre, le caractère inclusif est capital dans la réussite de toute concertation d’envergure nationale. A moins de vouloir reporter sur le long terme, les problèmes qui auraient pu trouver des pistes de solution dans l’immédiat.

Quelles que soient les ambitions politiques du colonel Doumbouya, il devrait comprendre qu’il est de son intérêt d’œuvrer à ce que tous les fils et filles de la Guinée acceptent de marcher en toute fraternité pour le devenir du pays.

Il lui appartient de faire l’option d’être celui par qui viendra l’éclaircie libératrice de la Guinée ou d’en être un fossoyeur d’espoir. Il serait sage de donner la chance à ce dialogue, de rassembler toutes les forces vives.

Ahmadou Bayala /Ouaganews

Articles similaires

FBF : de nouveaux sélectionneurs des U23, U20, U17, U15 et féminins

Ouaganews

Burkina : l’Eglise catholique choquée par les propos du ministre Charlemagne Ouédraogo

Ouaganews

Collectivités territoriales : un siège pour le Conseil régional du Centre

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.