OUAGANEWS
Culture

Musique/Sortie discographique : « Maan Tar et Man Sèw », deux albums au bonheur des mélomanes

Behore et Gompao ont procédé ce samedi 30 juillet 2022, à la dédicace de leurs albums à Ouagadougou. Des albums riches en conseils et aussi qui font  plonger dans la culture Dagara.

Bertrand Somé, connu sous le pseudonyme de Behore et Aubin Kambiré avec pour nom d’emprunt Gompao, sont deux artistes du Sud-Ouest du Burkina. Ils ont fait le déplacement à Ouagadougou pour la dédicace de leurs albums respectifs, afin d’avoir plus de visibilité au niveau national.

Ces deux artistes locaux de la cité du cavalier noir abordent dans leurs albums des thèmes d’actualité. Dans l’album de Behore, intitulé Maan Tar, l’artiste véhicule des messages de santé et de paix surtout. Il nous fait voyager avec les sonorités du terroir Dagara avec ses huit titres qui sont tous chantés en langue Dagara.

« Je suis dans la musique depuis trois ans maintenant, mais cet album est mon premier. Dans mon album, une de mes chansons évoque la politique.  Je parle du fait que la politique est venue changer notre vie. Je parle de paix et de santé. Je dirai que l’album évoque l’union dans son ensemble. », a dit Behore, artiste-musicien.

Dans l’album de Gompao, intitulé Man Sèw, qui est le troisième à son actif, on retrouve quatre titres tous chantés en langue Dagara dans des sonorités traditionnelles. L’album traduit en effet, des messages du mieux et savoir-vivre en société. Chacune des quatre chansons  prodiguent des conseils,  inspirés de la Bible et des conventions de la société.

«  Dans une de mes chansons, j’explique que la pauvreté et la richesse viennent de Dieu. Ce qui nous arrive parfois, c’est la volonté de Dieu. La dernière chanson de mon album parle des dix commandements. Ces commandements sont régis de façon naturelle, dans les conventions de la société. », s’est-il exprimé.

Par ailleurs, ces deux albums ont été arrangés par Soulga S. Isaie. Il explique que tout bon musicien n’a pas besoin de connaître la langue dans laquelle une chanson est traduite pour l’arranger, vu que lui-même ne comprend pas cette langue. Pour lui le plus important, c’est la sonorité.

Les albums sont disponibles en version CD et en clé USB au prix unitaire de 3000 FCFA

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

3ème édition de l’initiation des enfants à l’art : fin de la formation

Ouaganews

Projet Paspanga : pour soutenir la création cinématographique et audiovisuelle au Burkina

Ouaganews

FESPACO 2021/Projection du jour : «Lingui, les liens sacrés » du Tchadien Mahamat Saleh Haroun

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.