OUAGANEWS
A la Une Santé

Journée mondiale de la lutte contre le SIDA 2020 : le MENAPLN organise des journées de sensibilisation et de dépistage

Dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de la lutte contre le Sida, célébrée chaque 1er décembre, le Comité ministériel de la lutte contre le Sida et les Infections sexuellement transmissibles (CMLS) du Ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), organise, en partenariat avec le Réseau africain Jeunesse Santé et Développement (RAJS), deux journées anti-sida et une conférence dans l’enceinte du ministère. L’objectif est de contribuer à l’amélioration de la santé de son personnel. 

Ce 30 novembre 2020, ont débuté les deux Journées anti-Sida au ministère de l’éducation nationale. Organisée chaque année dans le monde entier, la commémoration de la journée de lutte contre le Sida a pour thème, cette année : « Solidarité mondiale et responsabilité partagée ».  A cet effet, les activités prévues concernent notamment, le dépistage gratuit du VIH et la conférence sur le VIH et les hépatites dans la salle de réunion du ministère. C’est un  cadre de manifestation de soutien aux personnes vivant avec le VIH-Sida.

De cette conférence, animée par Oumar Sanou, chef d’antenne régionale du Secrétariat permanent  du Conseil national de lutte contre le Sida et les Infections sexuellement transmissibles (SP/CNLS-IST) des Hauts- Bassins et Alassane  Sanou, chef d’antenne du SP/CNLS-IST des Cascades, il ressort qu’au Burkina Faso, la lutte contre le VIH-SIDA et les IST demeure une priorité de la stratégie nationale de développement durable.

Selon le rapport ONUSIDA 2019, la prévalence en population générale est de 0,7 % en fin 2018. Malgré ces résultats enregistrés, d’importants défis restent à relever pour vaincre la pandémie du Sida, d’ici à 2030. Depuis l’apparition des premiers cas de Sida en 1986, le Burkina s’est organisé pour une réponse nationale efficace au VIH.

En fin 2019, 115 sites répartis dans les 13 régions du pays assuraient la prise en charge médicale des Personnes vivant avec le VIH (PVVIH) par les antirétroviraux (ARV). Les femmes et les filles, dans leur diversité, sont biologiquement plus vulnérables au VIH et sont disproportionnellement exposées à la violence et à d’autres formes d’agressions liées au genre qui accroît le risque de VIH.

Le Burkina maintient jusque-là,  l’’objectif principal  d’éradiquer la pandémie du VIH, par la formule des 90-90-90, c’est-à-dire 90% de la population connaît son statut sérologique, 90% de celle-ci est sous traitement et 90%, a une charge virale indétectable.

Source : DCPM/MENAPLN

Articles similaires

Lutte contre le coronavirus : le PNUD offre 5 respirateurs et 1000 tests

Ouaganews

Elections présidentielle et législatives : « l’ensemble du processus a été fortement émaillé de fraudes » (Opposition)

Ouaganews

Burkina/Situation sécuritaire : le CISC dénonce la stigmatisation de populations par des VDP

Ouaganews

Laisser un commentaire