OUAGANEWS
A la UneCoopération

14-Juillet à Ouagadougou : sous le signe de la solidarité avec le Burkina

L’ambassadeur de France au Burkina, Luc Hallade, a organisé une réception à l’occasion de la célébration de la fête du 14-Juillet à sa résidence à Ouagadougou. Des Français résidant au pays des Hommes intègres, des diplomates et d’éminentes personnalités ont répondu présent à l’invitation de leur hôte.

L’après-Covid-19 a permis aux Français de Ouagadougou de se retrouver dans une ambiance festive à la résidence de l’ambassadeur de France au Burkina, Luc Hallade, pour célébrer la fête du 14-Juillet. De nombreuses personnalités au rang desquelles des membres du gouvernement et des diplomates ont communié avec la communauté française à l’occasion. L’ambassadeur, Luc Hallade, a salué ces moments de retrouvailles qui avaient été mis entre parenthèses par la Covid-19.

Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

C’est sur la situation sécuritaire difficile que traverse le Burkina Faso que le diplomate français a ouvert son discours. « Le Burkina Faso traverse une période sombre de son histoire, comme cela arrive dans l’histoire de toutes les nations. Pourtant, notre espoir commun, burkinabè et étrangers vivant dans ce pays, c’est que ce grand peuple, cette grande nation surmonte les difficultés du moment.

Personnellement, je n’ai pas de doute. Ce pays qui a affronté avec succès bien des défis, sera cette fois-ci encore, à même, j’en suis persuadé, de résister aux forces obscures qui luttent, parfois dans l’ombre, parfois à visage découvert, pour le faire sombrer », a-t-il déclaré.  A l’entendre, la guerre qui a été déclarée aux fils et filles de ce pays est « une guerre injuste ».

« Ceux qui prétendent se battre au nom d’une idéologie religieuse en massacrant leurs frères, sœurs, parents soit ont été conditionnés par d’habiles manipulateurs, soit ont choisi de prendre les armes pour résoudre des conflits ou exercer des vengeances qui, quelle que soit leur origine, ne justifient pas qu’on tue pour cela », a argué Luc Hallade. Et de préciser que son pays, la France, comme d’autres partenaires, se tient aux côtés des autorités et des FDS burkinabè dans cette lutte contre le terrorisme.

Dénonciation de l’usage malsain des réseaux sociaux

L’ambassadeur français a déploré que l’usage malsain que certains font des réseaux sociaux pour accuser son pays à tort de jouer un double jeu.  « Ce sont ces personnes abritées derrière un écran d’ordinateur qui contribuent par leurs outrances, leur virulence, leurs vitupérations, à la déstabilisation de ce pays.

Je sais que le peuple burkinabé et sa jeunesse ne sont plus dupes de ce qu’il est désormais convenu d’appeler le prurit numérique. Un prurit financé par quelques officines ayant grand intérêt à voir la région du Sahel demeurer dans l’instabilité », a-t-il martelé. Aux dires du diplomate, le respect et la tolérance sont des vertus qui font partie du patrimoine culturel de la nation burkinabè et qu’il convient de préserver voire de restaurer.

« Je salue à cet égard les efforts menés par le Gouvernement de transition pour la cohésion sociale et la réconciliation nationale, à la base comme au sommet. Ces efforts sont encourageants et nous sommes prêts, sans interférer dans les décisions et orientations prises, à les accompagner dans la mesure de nos moyens et en répondant aux demandes que pourraient formuler en ce sens les autorités nationales », a-t-il souligné.

Luc Hallade a salué la présence d’une forte communauté française, installée au Burkina Faso, qui y vit, qui y travaille et qui est attachée à cette terre, sur laquelle beaucoup ont décidé de vivre depuis et pour longtemps. « Nous tenons à cette richesse humaine que vous représentez, à ces liens qui nous unissent au peuple burkinabè et qui constituent un élément fondamental de la relation particulière qui unit nos deux peuples », a-t-il laissé entendre.

En dernier lieu, l’ambassadeur a fait cas de la situation mondiale marquée par la guerre en Ukraine et le changement climatique, la raréfaction des ressources,  l’appauvrissement des sols et le manque d’eau. « Nous devons, quelles que soient les circonstances du moment, penser à préparer l’avenir.

Préparer l’avenir, c’est assurer la préservation des ressources en eau, c’est lutter contre la déforestation et la dégradation des sols, c’est développer l’agro-écologie, c’est assurer un développement urbain maîtrisé et le maintien des équilibres ville-campagne », a-t-il relevé. Et de préciser que l’AFD s’est approprié les priorités du gouvernement à travers des initiatives comme assurer une meilleure gestion de l’eau et de l’assainissement, développer les énergies renouvelables (centrales solaires, Zagtouli, Yeleen)) et renforcer la capacité des villes, principales, mais aussi secondaires, à délivrer des services aux populations…

La Rédaction/OuagaNews

Articles similaires

Crise sécuritaire au Burkina : le gouvernement lance une collecte de fonds

Ouaganews

Coopération : les Etats-unis d’Amérique veulent accompagner le Burkina à faire face aux défis sécuritaire et économique

Ouaganews

Burkina : la FMP/BF lance un appel aux citoyens à s’enrôler pour défendre la patrie

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.