OUAGANEWS
A la UneSociété

Burkina : fin de parcours de deux réseaux de cyber-délinquants

La Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité (BCLCC) a procédé ce jeudi 13 juin 2024, à la présentation de plusieurs réseaux de présumés cyber-délinquants mis aux arrêts, à Ouagadougou, suite à plusieurs plaintes d’escroquerie signalées à son niveau.

En effet, ce sont 2 réseaux de 8 présumés cyber-délinquants qui ont été démantelés par la BCLCC pour des faits de faux et usage de faux et de blanchiment de capitaux.

Les présumés cyber-délinquants avaient à leur possession 3 véhicules dont 2 de marque Toyota (V8 et Corolla), une de maque Renauld, 3 motocyclettes dont 2 de marque Honda et une de marque Yamaha Sirius, 13 smartphones dont 9 de marque Tecno, un de marque Infinix, un de marque IPhone, un Redmi et un Samsung. Ils avaient aussi, une boutique de vente de lubrifiants moteurs dont la valeur est estimée à 50 et 70 millions de FCFA et une somme d’argent d’une valeur de 3 203 000 FCFA.

En outre, ces présumés sont composés de deux réseaux qui opéraient de manière différente.

Le premier réseau, composé de trois (03) membres de nationalité camerounaise, usurpait d’abord, l’identité de structures basées au Burkina Faso ou au Togo comme MoovAfrica, EBOMAF, TDS Burkina, DIACFA, IAM GOLG ESSAKANE SA, AGRO AFRICA, GO Africa, etc. Ensuite, crée des comptes Gmail avec leur nom et leur logo (nom de la société choisie). Puis ciblait principalement leurs compatriotes camerounais en leur proposant de faux recrutements correspondant à leur centre d’intérêt.

Le second réseau, composé de six personnes, est spécialisé dans l’escroquerie portant sur la sève de moringa ou du liquide du pommier de Soudan. Parmi eux, deux sont béninois et les quatre autres sont burkinabè. Pour ce groupe, les escrocs identifiaient et collectaient des informations précises sur leurs victimes potentielles avant de les aborder, en utilisant des scénarios soigneusement élaborés en fonction de leurs profils.

« Le préjudice financier s’élève à 243 471 780 F CFA. Nous continuons de recevoir des plaintes relatives à cette arnaque. Par conséquent, il est actuellement difficile d’évaluer le préjudice financier global. L’enquête suit son cours, en vue d’interpeller d’autres membres qui continuent de sévir. », a souligné Baji Akim Nignan, commissaire principal de police, chef de la division des enquêtes à la BCLCC.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

 

Articles similaires

Bon à savoir : le nouveau seuil international de pauvreté est de 2,15 dollars (Banque mondiale)

Ouaganews

Burkina : France 24 mise en demeure par le CSC

Ouaganews

Yatenga/Présidentielle et législatives 2020 : « les dirigeants actuels ont trahi les aspirations du peuple » Zéphirin Diabré

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.