OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Drame d’Inata : En finir avec le laxisme dans l’armée

Dans une déclaration faite, au sortir du Conseil des ministres du mercredi  17 novembre 2021, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, s’est prononcé sur l’attaque terroriste contre le détachement de la gendarmerie nationale d’Inata. Attaque, faut-il le rappeler, dont le bilan révisé est de 53 tués.

Il a clairement fustigé ce qu’il faut considérer comme un laxisme patent dans l’armée. » Il ne peut pas être normal, en ce moment, que l’armée qui doit être la structure la mieux organisée, que dans cette armée, nous ayons des dysfonctionnements à un niveau si important ; des dysfonctionnements concernant les questions de l’alimentation, des dysfonctionnements concernant les questions logistiques et autres.

Cela est inacceptable et c’est pourquoi je comprends fort bien les différentes réactions de colère qui sont exprimées çà et là », s’est-il indigné. Inadmissible et inconcevable que de tels agissements puissent être possibles, au moment où l’on appelle chaque Burkinabè à être une sentinelle contre la nébuleuse terroriste.

L’armée est réputée incarner la solidarité et l’on est sidéré d’apprendre que tout un détachement militaire puisse se retrouver au front sans provisions. En dépit de l’alerte donnée sur leur situation de détresse, rien n’a été fait pour leur porter secours. Comment cela a pu être possible dans ce contexte si critique pour le pays. D’ores et déjà, des sanctions sont tombées, à l’issue du conseil des ministres.

Cela est déjà salutaire.  Toutefois, il faudrait aller jusqu’au bout afin de donner l’exemple à ceux qui seraient tentés de se complaire dans de tels comportements moyenâgeux. On peut reconnaître des limites objectives au gouvernement dans sa gestion de la crise sécuritaire,  mais il ne saurait porter l’entière responsabilité dans ce qui arrive.

L’on a toujours clamé que la lutte contre le terrorisme requiert l’engagement sans faille de tous les citoyens. Mais, quand à un certain niveau, des gens, censés être des parangons de vertus, se rendent expressément coupables d’attitudes indignes, il faut le dénoncer.

Un pays tient grâce à l’engagement de tous. Pourquoi au nom des privilèges que leur confère leur position, certains devraient à la limite se foutre de la vie des autres? On peut tout entendre, sauf que des FDS au front soient contraints d’abattre les animaux de ceux qu’elles sont censées protéger, pour survivre. C’est consternant que nous soyons encore à cette mentalité de troglodyte.

C’est écœurant que les vies de Burkinabè soient banalisées de la sorte. Face à ce scandale, il est du devoir des premières autorités d’ouvrir l’œil et le bon sur les agissements peu catholiques de ceux qui se débinent de leurs responsabilités.

Quand la raison et le bon sens sont sacrifiés sur l’autel des appétits égoïstes, c’est la stabilité de toute la nation qui est menacée. La fuite de la note confidentielle sur la détresse des gendarmes d’Inata est venue illustrer combien le laxisme a conquis tous les secteurs de la vie.

C’est pourquoi,  en ces moments d’incertitudes,  il serait judicieux pour chaque Burkinabè de privilégier la réflexion au lieu de vouloir à tout prix, trouver un bouc émissaire.  Tous, nous sommes quelque part, coupables de la triste parenthèse que nous traversons, parce nous cédons quelquefois, aux raccourcis.

Cultivons l’exigence du devoir et de la citoyenneté où que nous soyons, afin que le pays s’en porte mieux. Prenons le temps de mettre en avant les idées qui participent à  mieux panser nos maux. Face au naufrage qui nous guette dangereusement, il faut se garder de succomber aux sirènes du chaos. Autorités et citoyens, il est du devoir de chacun de faire preuve de pondération et de retenue pour mieux faire barrière au terrorisme.

 Ahmadou Bayala/Ouaganews

Articles similaires

Journée mondiale de l’enseignant : 293 enseignants élevés au rang de l’Ordre des palmes académiques

Ouaganews

Burkina/Santé de l’enfant : des nouveaux outils pour améliorer la santé du nouveau-né

Ouaganews

Burkina Faso : baisse des recettes extraordinaires du budget de l’Etat de 13,76 milliards FCFA en 2022

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.