OUAGANEWS
A la Une Editorial

Election présidentielle en Guinée : oser inventer un autre destin

Après avoir réussi à imposer son troisième mandat au peuple guinéen, l’octogénaire Alpha Condé est en train de lui arracher sa victoire dans les urnes. Organisé pour être remporté, le scrutin présidentiel du 18 octobre dernier ne pouvait connaître la suite que l’on voit actuellement. Après avoir tordu le cou à la loi pour se représenter, Alpha Condé est en train d’utiliser la brutalité pour s’éterniser au pouvoir.

Actuellement, la capitale Conakry et d’autres grandes localités de la Guinée ressemblent à des champs de bataille où forces de l’ordre et jeunes s’affrontent, au prix de vies humaines. Qui aurait cru qu’Alpha Condé, opposant historique, allait s’illustrer de la piètre et pire des manières, depuis son accession au pouvoir en 2010. L’homme qui s’était opposé à Sékou Touré et Lansana Conté est devenu un véritable fossoyeur de la démocratie guinéenne.

La vie humaine est devenue pour lui, banale, au point que celui qui tente de faire barrage à sa forfaiture est systématiquement, réduit au silence. Tout cela, avec la bénédiction de ses partisans obnubilés par la préservation de leurs intérêts bassement égoïstes. Pourquoi soumettre un peuple à la damnation, à cause de son appétit gargantuesque du pouvoir ?

Aujourd’hui, la vie du Guinéen ne compte pas devant la soif inextinguible du président Condé du pouvoir. Son fauteuil doit être, à tout prix, conservé. Gagné par l’hubris du pouvoir, il est devenu tout sauf le grand défenseur des idéaux démocratiques du temps où il était opposant.  Ce que le peuple guinéen est en train de subir pouvait être imaginable avec d’autres chefs d’Etat, mais pas Alpha Condé.

Convaincu de son indispensabilité pour la Guinée, il a foulé au pied tout bon sens pour jouir du pouvoir ad vitam aeternam. Les jours à venir sont lourds d’incertitudes pour ce pays qui a tant rêvé d’une réelle alternance susceptible de le sortir de l’ornière dans laquelle il est empêtré, depuis des lustres. Pays aux ressources humaines et naturelles inestimables, la Guinée se meurt à cause de cette gestion calamiteuse du pouvoir. On parle d’une dizaine de morts après le scrutin.

Avec ce ciel de Conakry chargé de lourds nuages, il est évident que la liste des victimes va s’allonger. Tout simplement, parce qu’un homme de 82 ans, inaudible aux alertes de toutes parts, pense qu’il est seul maître à bord. Comment en ce 3e millénaire, des gens ont encore la certitude de croire que sans eux l’oxygène va manquer aux autres ?

Alpha Condé fait partie de ces dirigeants africains qui, depuis les indépendances, n’ont qu’une seule vision : jouir des délices qu’offre le fauteuil présidentiel, au mépris du peuple souverain et en  faire profiter leurs partisans et griots dont le seul talent consiste à flatter bassement. En attendant que la CEDEAO et la communauté internationale viennent jouer les pompiers, les patriotes guinéens ont le devoir de sauver leur pays des mains des satrapes sans foi ni loi. Ils devront avoir le courage d’oser inventer un autre destin que celui qu’Alpha Condé est en train de vouloir leur imposer.

Ahmadou Bayala

Articles similaires

Innovation : Youssouf Bara invente des feux tricolores solaires Made in Burkina

Ouaganews

Burkina/Présidentielle et législatives 2020 : Zéphirin Diabré propose le «Burkind’lim»

Ouaganews

Présidentielle et législatives 2020 : Ambiance dans les différents états-majors du Yatenga

Ouaganews

Laisser un commentaire