OUAGANEWS
A la Une Editorial

Etats-Unis /Election présidentielle : cinglante correction à un autocrate ?

L’une des plus vieilles démocraties du monde, les Etats-Unis d’Amérique, vit l’une de ses pires expériences démocratiques avec l’élection présidentielle du 3 novembre dernier. Le président sortant et candidat à sa propre succession, Donald Trump, obnubilé par un impératif second mandat, est en train de s’adonner à une farce digne d’un autocrate.

Alors que le dépouillement des bulletins de vote est en cours, il a vite fait de se déclarer vainqueur et de crier à la fraude orchestrée par le camp de son principal challenger, le démocrate Joe Biden.

Voyant que la victoire est en train de lui échapper, Donald Trump, fidèle à sa manière désinvolte de gérer les choses, annonce plusieurs recours pour demander le recomptage des voix dans certains Etats où il a été battu.

Le théâtre pitoyable auquel s’adonne le président Trump était prévisible, puisque lors du premier débat télévisé avec Joe Biden, il avait annoncé clairement qu’il ne reconnaîtrait pas sa défaite, à l’issue de l’élection si son adversaire venait à être déclaré vainqueur.

Au-delà de l’attitude peu honorable qu’a affichée Trump au lendemain du scrutin, ce rendez-vous électoral aura montré que la démocratie américaine traverse des moments difficiles, depuis l’irruption du milliardaire sur la scène politique.

En 2016, il a surfé sur les vagues du nationalisme étroit et instrumentalisé les peurs chez une bonne partie de ses compatriotes pour se faire élire. A l’épreuve du pouvoir, il s’est illustré en autocrate au narcissisme exacerbé en bouleversant tous les codes de la gestion du pouvoir.

Durant son premier mandat, il aura travaillé à opposer les communautés dans son pays, au point que certains sont devenus des inconditionnels. Le coude-à-coude qui se joue actuellement entre lui et Joe Biden est la preuve que Trump a su convaincre une bonne partie de l’Amérique qu’il est leur sauveur.

Sinon pourquoi un chef d’Etat qui a passé tout le temps à faire de l’arrogance et du mépris des autres sa stratégie dans la gestion du pouvoir puisse avoir un tel score. L’incurie avec laquelle il a géré la crise sanitaire liée au coronavirus devrait être un alibi pour le peuple américain de lui infliger une cuisante défaite à cette présidentielle.

Même s’il n’est pas élu, le score de Donald Trump illustre que beaucoup ignorent une autre image de l’Amérique qu’on dit nation melting-pot. Dans ce pays, il existe des citoyens qui pensent comme Donald Trump que la suffisance, le mépris des autres, le racisme et la haine font partie intégrante de leur ADN.

Ce qui se trame actuellement au pays de l’Oncle Sam est une alerte que la démocratie est en danger. Danger parce que les populistes de tout poil peuvent berner délibérément une partie du peuple et se faire élire à la tête d’un pays comme les Etats-Unis.

Le spectacle pathétique auquel se livre Donald Trump est son ultime show, en tant que président. Au regard de l’évolution de la situation, Joe Biden sera à coup sûr, le prochain président des Etats-Unis d’Amérique, à moins d’un miracle.

L’échec de Trump à la présidentielle est salutaire, non seulement pour son pays, mais aussi pour le reste du monde. S’il rempilait pour un second mandat, il était fort à parier qu’il allait basculer le monde dans un autre cycle de violence. Ce qui lui arrive est le prix de son arrogance crasse et de son égocentrisme démesurée.

L’important est qu’après la parenthèse trumpiste, l’Amérique puisse se réconcilier avec elle-même et veiller à ce qu’un individu de son acabit ne surgisse de nouveau sur la scène publique américaine. Comme l’a chanté Bob Marley, « on peut tromper une partie du peuple, un temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple, tout le temps ». C’est pourquoi les Américains attachés aux valeurs démocratiques ont fait le pari d’infliger une cinglante correction au milliardaire dédaigneux.

La Rédaction

Articles similaires

Lutte contre la Covid-19 : cinq (5) nouveaux cas enregistrés à la date du 20 août 2020

Ouaganews

Crise sécuritaire et économique : la Banque mondiale renforce son soutien au Burkina

Ouaganews

New York : Une Burkinabè accuse son mari blanc de trafic d’êtres humains

Ouaganews

Laisser un commentaire