OUAGANEWS
A la Une Syndicats

Fête du travail : les syndicats demandent la révision de la convention du rail avec Bolloré et un audit de la SONABHY et de la SONABEL

Les secrétaires généraux des organisations syndicales membres de l’Union d’action syndicale (UAS) et leurs militants, les travailleurs des secteurs public, parapublic, privé, les élèves et étudiant (es), les commerçants, les acteurs de l’économie informelle ont marché ce 1er mai 2021, à Ouagadougou, en direction du Ministère de la fonction publique, du travail et de la protection sociale pour remettre une plateforme revendicative au gouvernement, à l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail. Une plateforme que le ministre  de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, le Pr Séni Ouédraogo, a reçue, en promettant de la transmettre à qui de droit. Cette Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail 2021, s’est tenue sur le thème : « Anticiper, se préparer et répondre aux crises : investir maintenant dans des systèmes de sécurité et santé au travail résilients ».

Les travailleurs du Burkina Faso ont commémoré la journée du travail, ce 1er mai, à travers une marche pacifique. De la Bourse du travail au nouveau bâtiment du Ministère de la fonction publique,  en passant par la cathédrale, ils ont arpenté les rues pour aller remettre une plateforme revendicative au gouvernement, en lieu et place du traditionnel cahier de doléances.

Les revendications sont réparties en 29 points dont la baisse des prix des produits de première nécessité, le respect des engagements pris par le gouvernement vis-à-vis des syndicats des travailleurs et de l’UAS, la réouverture des frontières terrestres, l’adoption des différents textes dont  le relèvement du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à au moins 60 000 F CFA. La mise en place d’un fichier informatique du foncier et la relecture des lois sur le domaine foncier national, en vue d’éviter les expropriations abusives de populations.

Ernest Ouédraogo, président de mois de l’UAS, pendant son allocution à la Bourse du travail

 

De la déclaration lue par Norbert Ouédraogo, président de mois de l’UAS, il est ressorti également que les syndicats demandent  la révision de la convention du rail avec Bolloré en vue de privilégier les intérêts de l’État et des populations, notamment en rouvrant les gares fermées et l’application des engagements concernant les travailleurs du Burkina Faso.

Un audit indépendant de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) et de la Société nationale burkinabè  d’électricité (SONABEL) impliquant les structures de la lutte contre la corruption, a été aussi demandé par les travailleurs.

Face au ministre Séni Ouédraogo, les travailleurs ont indiqué qu’ils ne sont pas contents de la rencontre gouvernement/syndicats qui est restée sans suite, après celle de 2017. « C’est avec beaucoup d’amertume que nous venons à vous ce matin, pour transmettre, à l’attention du gouvernement, une plate-forme revendicative. Notre amertume est liée à l’état du dialogue social dans notre pays, ces dernières années. Nous notons que la dernière rencontre Gouvernement/syndicats date de 2017 et c’était au compte de l’année 2016 », a déclaré le secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs du Burkina Faso, Ernest Ouédraogo.

« Depuis 2019, nous avons exprimé notre disposition à prendre part à la rencontre. Malheureusement, à diverses reprises, le gouvernement a annoncé la programmation de la rencontre sans donner de suite, malgré nos réponses favorables », a-t-il ajouté.

Après avoir reçu la plateforme revendicative des mains de Ernest Ouédraogo, le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, Pr Séni Ouédraogo, a promis de la transmettre au chef du gouvernement. « Je suis heureux de recevoir la plateforme revendicative qui synthétise les préoccupations de l’ensemble des mouvements syndicaux. Ces doléances feront l’objet d’un examen, avec la plus grande attention de la part du gouvernement », a soutenu le ministre de la fonction publique.

Théophile P. KABORE

Articles similaires

Nécrologie/Médias : le fondateur de Jeune Afrique Béchir Ben Yahmed n’est plus

Ouaganews

Statut de la police nationale : les injustices corrigées

Ouaganews

Collectivités territoriales : un siège pour le Conseil régional du Centre

Ouaganews

Laisser un commentaire