OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Gouvernement de combat de Me Kyelem : au travail !

Le gouvernement de la Transition est officiel, depuis le mardi 25 octobre 2022. Il est composé de 23 ministres parmi lesquels cinq membres du gouvernement précédent font leur comeback. Il s’agit du ministre en charge de la fonction publique, Bassolma Bazié. D’ailleurs même, il est monté en grade en devenant ministre d’Etat. Olivia Rouamba, Aminata Zerbo, Robert Lucien Claude Kargougou et Karamoko Jean Marie Traoré ont également conservé leur poste, respectivement aux affaires étrangères, à la transition digitale, à la santé, et à la coopération régionale.

Dans cette même dynamique, des secrétaires généraux de certains ministères ont été titularisés. Il s’agit des départements en charge de la justice, de l’environnement, de l’urbanisme. La secrétaire générale du ministère des affaires religieuses, Nandy Somé, qui a été supprimé, se trouve nommée au ministère en charge de la solidarité.

L’autre constat majeur de ce gouvernement est relatif à la fusion de certains départements. Ainsi, le ministère de la réconciliation nationale a été fusionnée à celui en charge de la solidarité. Il en est de même de celui de la famille qui a été également adjoint à celui en charge de la solidarité.

Ce sont 17 nouveaux entrants plus ou moins connus du grand public qui font leur entrée dans le gouvernement de Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela. Contrairement à l’équipe précédente qui était de 25 membres, ce gouvernement a été réduit à 23. Ce qui répond déjà à l’esprit du contexte particulier que traverse le Burkina.

Un gouvernement recentré sur l’essentiel qui répond à la volonté de réduction du train de vie de l’Etat. Il reste maintenant à impulser une dynamique de changement conséquent sur le terrain.

C’est maintenant ou jamais qu’il faut poser des actions en adéquation avec les attentes des populations qui se résument principalement, au retour de la sécurité, celui des déplacés internes dans leurs localités respectives et à la réduction du coût de la vie.

Il est aussi attendu du gouvernement de l’exemplarité dans sa conduite de l’action publique. L’urgence est évidente et il faut agir au plus vite avec les moyens appropriés pour étouffer une bonne fois pour toutes, les agissements criminels des forces obscurantistes. Il est temps d’aller au travail !

Ahmadou Bayala/Ouaganews

Articles similaires

Burkina-Tchad/Décès de Elisabeth Kadé Ndilguem : Christophe Dabiré salue la mémoire d’une diplomate chevronnée

Ouaganews

Burkina/Gouvernement-syndicats : reprise du dialogue après 4 ans de suspension

Ouaganews

Construction d’ouvrages électriques : 6 postes électriques et 220 km de lignes électriques lancés

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.