OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Ouagadougou/Première réunion du CTS de Planet Gold-Burkina Faso : le plan d’activités présenté

La 1ère rencontre du Comité technique et de suivi (CTS)  du projet Planet Gold-Burkina Faso, a réuni mercredi 02 décembre 2020, les parties prenantes au projet Planet Gold Burkina, dans le cadre de la mise  en œuvre des activités  dudit projet, conformément aux exigences de la Convention de Minamata.

Les parties prenantes sont les représentants issus des ministères de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, des mines, des finances, ainsi que ceux de syndicats et d’associations oeuvrant  dans le secteur de  l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or (EMAPE).

Il s’agit en outre,  de  présenter le plan d’activités et les résultats attendus du projet,  plus spécifiquement de valider le choix du site d’installation des équipements du projet.  Deux sites formalisés dans la région du Sud-Ouest, selon les critères de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-mécanisées (ANEEMAS)  sont dans le starting-block.

Une vue des participants :  au 1er plan en cravate, le coordonnateur du CTS, Roger Baro ,entouré de  Awa Sawadogo de l’Association des femmes minières du Burkina (à g.) et le Directeur général de la protection de l’environnement, Désiré Ouédraogo (à d. masqué).

Initier  le projet « Planet Gold, chaîne d’approvisionnement durable de l’orpaillage » pour promouvoir l’élimination du mercure dans les opérations de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or (EMAPE), c’est améliorer la chaîne de valeur de l’or et à terme, offrir aux artisans miniers un meilleur accès aux marchés internationaux.

Un Comité technique de suivi (CTS) du projet  est mis en place, en vue de faciliter la mise en œuvre et le suivi des activités de développement du projet Planet Gold . Il examine et approuve les plans de travail périodiques, en s’assurant de leur cohérence avec les objectifs du projet. Pour lui permettre de préparer efficacement ses missions, il est organisé régulièrement des réunions de concertation  du CTS.

Signataire de la Convention sur le mercure,  depuis le 10 octobre 2013, le Burkina  l’a ratifiée plus tard, le 10 avril 2017, après avoir pris conscience des menaces que le mercure fait peser sur la santé humaine et l’environnement et participe activement aux programmes et aux accords internationaux pour traiter des rejet et utilisation du mercure.

 Paul Daniel SAM

 

 Flash sur l’EMAPE

L’exploitation minière artisanale et à petite échelle est la principale source de revenus pour une grande partie de la population du Burkina, plus de 430 000 étant employés directement sur plus de  440 sites miniers. La grande majorité des personnes impliquées dans le secteur de l’EMAPE n’a pas reçu d’éducation formelle et n’a pas d’options alternatives qui lui permettraient d’avoir un revenu suffisant pour gagner sa vie.

L’utilisation du mercure pour séparer l’or du minerai est une pratique courante chez les exploitants miniers à petite échelle au Burkina Faso. Plusieurs ne sont pas conscients des effets nocifs de cette pratique sur la santé et l’environnement. Les obstacles au changement de comportement, au nombre des principaux problèmes qui empêchent les artisans miniers de passer à des méthodes sans mercure, sont que la plupart d’entre eux ne connaissent pas d`options alternatives et ne disposent pas d’assez de moyens financiers pour se doter de technologies de production appropriées.

De plus, ils manquent de formation à la façon d’utiliser des technologies appropriées durables et bien entretenues. Malgré les efforts du gouvernement et les améliorations de la législation, les réglementations minières du pays ont également tendance à défavoriser les opérations de l’EMAPE et ont entravé la formalisation généralisée du secteur.

PDS

 

Articles similaires

Burkina : 10 morts et 5 blessés dans l’explosion d’un minibus de transport sur la RN 4 à Bougui

Ouaganews

Mise en place des comités locaux : « il ne s’agit point d’une négociation entre le gouvernement et les terroristes » Yéro Boly

Ouaganews

Burkina/CFOP : l’opposition maintient sa marche des 3 et 4 juillet

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.