OUAGANEWS
A la Une Politique

Présidentielle 2020 : Zéphirin Diabré confiant

Dans une longue interview accordée au quotidien Sidwaya, le président de l’Union pour le progrès et le changement, (UPC) et candidat à l’élection présidentielle du 22 novembre a évoqué ses chances de réussite.

 Zéphirin Diabré est convaincu que la chance va lui sourire cette fois-ci, à la présidentielle du 22 novembre 2020. Arrivé en 2ème position en 2015 derrière le président Roch Marc Christian Kaboré, il a fait le constat dans une longue interview accordée au quotidien Sidwaya que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a déçu les Burkinabè. C’est pourquoi il propose un nouveau départ en toute sécurité. « Les cinq ans du pouvoir du MPP et ses alliés ont abîmé le Faso. Ce pays a donc besoin d’un nouveau départ imprimé par des gens en qui on peut avoir confiance pour que la trajectoire ne soit pas parsemée d’accidents mortels. Aujourd’hui, je suis la personne idoine pour apporter ce nouveau départ pour plusieurs raisons. Sans me vanter, Dieu m’a donné la chance d’avoir un parcours qui m’a préparé à assumer les hautes fonctions de la magistrature suprême de ce pays », a-t-il affirmé dans les colonnes du quotidien d’Etat. Zéphirin Diabré a attribué son échec de 2015 à un problème d’implantation de son parti sur l’ensemble du territoire national. Nous avons échoué parce qu’il y a un certain nombre de paramètres de succès électoral que nous ne maîtrisions pas. Par exemple, un facteur important dans le succès électoral au Burkina, c’est d’avoir une machine électorale implantée. Nous avons créé l’UPC en 2010. Aux premières élections de 2012, nous avons obtenu 19 députés. On a voulu continuer à nous implanter quand la bourrasque de la contestation de l’article 37 s’est levée, jusqu’à l’insurrection. La chance du MPP en 2015, c’est que, en se créant, il a détourné de facto une grosse proportion de l’ancien CDP qui, tout le monde le sait, était le parti le plus implanté. Certains disent que c’est au moins de 60% de l’ancien CDP qui a changé de casquette pour devenir MPP. Du coup, le MPP a instantanément hérité d’une infrastructure et d’une implantation très profonde, a argué le président de l’UPC. A ceux qui lui reprochent d’avoir serré les cordons de la bourse en 2015, M. Diabré a repliqué qu’il a mis ce qu’il avait dans la campagne. En cas de second tour, il se dit prêt à faire une coalition avec d’autres ténors de l’opposition. Nous avons un accord déjà rédigé dans ce sens. La commission est présidée par un député de l’UPC et comprend des membres du CDP, de l’ADF/RDA et de la NAFA. Nous allons organiser une convention pour le signer officiellement. La principale disposition qui figure dans cet accord, dit qu’au second tour, tous les candidats signataires soutiennent celui d’entre eux qui est le mieux placé », a-t-il confié.

Source : Sidwaya.

Articles similaires

Elections couplées de novembre : le code électoral modifié pour s’adapter au contexte sécuritaire

Ouaganews

Ministère en charge du commerce : Harouna Kaboré dresse le bilan de son action

Ouaganews

Noël 2020 et nouvel an 2021 : le message du Cardinal Philippe Ouédraogo

Ouaganews

Laisser un commentaire