OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Retrait du Burkina de la CEDEAO : « le retrait du pays est beaucoup plus une opportunité qu’un handicap » Apollinaire J. Kyelèm aux acteurs du secteur privé

Suite à la décision conjointe de trois pays du Sahel (Burkina Faso, Mali et le Niger), de quitter la CEDEAO, le Premier ministre burkinabè, Apollinaire Joachimson Kyelèm de Tambèla, a organisé une rencontre d’échanges sur cette décision avec les acteurs du secteur privé, ce lundi 12 février 2024, dans la grande salle de conférence de Ouaga 2000, à Ouagadougou.

Le 28 janvier 2024, le Burkina Faso, ainsi que le Mali et le Niger ont décidé de se retirer avec effet immédiat de la CEDEAO. Deux semaines après cette annonce, le gouvernement burkinabè a trouvé opportun de rencontrer et de discuter avec les acteurs du secteur privé, directement impliqués dans cette décision. Et qu’ensemble, dans une synergie d’action, ils puissent faire face à la situation.

Ainsi, au cours de cet échange, le président de la Chambre de commerce du Burkina. Mahamadi Savadogo, rassure de sa part, que le soutien du secteur privé à cette décision est acquis et son engagement est sans équivoque. Mais néanmoins, demande au gouvernement de mettre en place une stratégie nationale de promotion des investissements privés nationaux dans les secteurs stratégiques, d’associer intimement le secteur privé national à la reconfiguration de la coopération avec les pays membres de l’AES (Alliance des Etats du Sahel).

Il propose aussi, que les branches d’activité économiques qui pourraient occasionner des effets indésirables de cette décision, bénéficient de plan de résilience et la redéfinition de leur modèle économique. Mahamadi Savadogo demande aussi, que le gouvernement n’oublie pas ces petits commerçants transfrontaliers qui tirent l’essentiel de leur revenu avec les pays de la sous-région. Quant au président du patronat burkinabè, Idrissa Nassa, il a abondé dans le même sens que le président de la Chambre de commerce.

Ainsi, pour répondre à ce qui a été dit par ces deux représentants des acteurs du secteur privé, le Premier ministre Apollinaire Joachimson Kyélem de Tambèla, dit que le gouvernement n’entend pas mener des actions isolement sans associer le secteur privé, qui est selon lui, le moteur de l’économie, employant un nombre important de la population. Il rassure donc, que le gouvernement ne saurait entreprendre une politique qui ira à l’encontre des intérêts du secteur privé.

« Tout ce que nous entreprenons, à savoir l’économie endogène, c’est pour l’intérêt de nos populations et du secteur privé. Notre sortie de l’institution peut semer des doutes, mais dans la réalité, le Burkina Faso commerce très peu avec les pays de la CEDEAO hors zone UEMOA. », a-t-il indiqué.

Il explique également, aux acteurs du secteur privé que le Ghana qui fait partie de la CEDEAO et hors UEMOA, a toujours eu des relations avec le Burkina en matière de commerce et autres et ce retrait n’impactera pas leur relation d’auparavant. « Il ne faut pas croire que c’est nous qui avons seulement des intérêts ailleurs et pas les autres qui n’ont pas d’intérêts chez nous », a laissé entendre le Premier ministre Apollianaire Joachimson Kyelèm de Tambèla.

Il soutient que si la population arrive à réaliser la politique du chef de l’Etat, le Burkina pourra accroître sa capacité de production et de transformation.

« Et ce sera les autres qui viendront vers le Burkina chercher ce qu’ils veulent à nos conditions. Donc, le retrait du pays de la CEDEAO est beaucoup plus une opportunité qu’un handicap. », a-t-il rassuré.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

Burkina : compte rendu du conseil des ministres du mercredi 29 mars 2023

Ouaganews

Burkina/Incident à la mine de Perkoa : les responsables interdits de quitter le pays, (Premier ministre)

Ouaganews

Burkina/UPC : déclaration d’appartenance à la majorité politique

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.