OUAGANEWS
A la Une Editorial

Zéph à Abidjan : L’hypothétique retour de Blaise Compaoré ?

Le ministre d’Etat chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a rencontré l’ex-président du Faso, Blaise Compaoré, le 6 mai 2021, à Abidjan en Côte d’Ivoire où il réside depuis qu’il a été chassé du pouvoir en octobre 2014. L’entrevue s’est déroulée, en présence du président ivoirien Alassane Ouattara.

C’est la toute première fois qu’un membre du gouvernement de son successeur Roch Marc Christian Kaboré, a eu un tête-à-tête avec l’ancien président. Ce qui a motivé cette initiative, c’est bien sûr, le chantier de la réconciliation nationale dont le chef de l’Etat en a fait une priorité, sous son second mandat.

Même si rien n’a filtré de ce que les deux personnalités se sont dites, l’on peut deviner sans doute que la question du retour de l’ancien locataire du palais de Kosyam a été abordée. Il reste à savoir ce que Blaise Compaoré a laissé entendre à ce propos.

Dans le cadre du processus de la réconciliation nationale, les proches de l’ex-président ont posé comme condition son retour au pays. C’est à ce prix que pourra s’amorcer véritablement, selon eux, la réconciliation. Le hic est que tous les acteurs sociopolitiques semblent unanimes sur la triptyque vérité-justice-réconciliation.

L’agenda de la justice n’étant pas celui de la réconciliation, le président Compaoré a été récemment mis en accusation dans l’affaire Thomas Sankara. En clair, il devra répondre des chefs d’accusation qui pèsent contre lui dans ce dossier. Comment arrimer ces deux réalités pour que le processus aboutisse à la satisfaction générale ?

Difficile d’y répondre. L’on voit mal l’ancien président du Faso décider de venir répondre devant la justice de son pays. S’il s’est empressé de prendre la nationalité ivoirienne, quelques jours après son départ du pouvoir, c’est bien sûr pour se mettre à l’abri d’éventuels mandats d’arrêt qui devraient être lancés à son encontre.

Aujourd’hui, dans le cadre de la coopération ivoiro-burkinabè, il n’est pas possible d’extrader un présumé coupable d’un pays à l’autre. Dans ce contexte, la rencontre entre Zéphirin Diabré et Blaise Compaoré aura l’effet d’un coup d’épée dans l’eau, puisque les vraies questions ont certainement été habilement évitées.

Le chantier de la réconciliation nationale ne saurait aboutir véritablement sans le dénouement judiciaire des affaires emblématiques comme les dossiers Thomas Sankara, Nobert Zongo, Dabo Boukary et bien d’autres. L’on peut déduire que le tête-à-tête entre Zéphirin Diabré et Blaise Compaoré a offert l’occasion à deux ennemis d’hier de s’expliquer.

A tout le moins, elle aura eu son effet médiatique escompté et ouvert le chemin à une relative décrispation des relations entre le président Roch Marc Christian Kaboré et son prédécesseur Blaise Compaoré.

Ahmadou Bayala

Ouaganews.net

Articles similaires

Retour des exilés : « le gouvernement n’interférera pas dans les dossiers de justice… » (Zéphirin Diabré)

Ouaganews

UE-Burkina/Terrorisme : Josep Borrell condamne des attaques lâches et barbares

Ouaganews

Décès de Macaire Ouédraogo : l’hommage du gouvernement à l’illustre disparu

Ouaganews

Laisser un commentaire