OUAGANEWS
A la UneEnvironnement

28e Journée internationale de la diversité biologique : le message du ministre Siméon Sawadogo

Le 22 mai de chaque année marque la « Journée Internationale de la Diversité Biologique ». Cette date a été instituée par les Nations Unies pour commémorer la date d’adoption de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB).

La diversité biologique ou biodiversité est le fondement même de la vie sur terre et ce, au regard des multiples interactions qu’elle entretient avec l’ensemble des constituants naturels. Son importance pour le bien-être humain et le développement socioéconomique réside dans sa contribution à la fourniture de biens et services écosystémiques notamment le renforcement de la sécurité alimentaire et de la santé ainsi qu’à la réduction des effets néfastes des changements climatiques.

2021 marque la vingt-huitième année d’entrée en vigueur de la convention sur la diversité biologique. Elle s’inscrit dans la continuité de l’élan généré au cours de l’année 2020 dont le thème « Nos solutions sont dans la nature »  rappelait à quel point la biodiversité représente la réponse à plusieurs défis du développement durable.

La célébration de la Journée Internationale de la Diversité Biologique de l’année 2021est placée sous le thème, « Nous faisons partie de la solution » témoignant surtout de l’importance que chaque être humain joue à l’échelle planétaire dans le maintien de l’équilibre entre les « besoins de consommation » et la nécessité de mieux préserver la biodiversité de laquelle l’humanité tire tous ses besoins vitaux.

Selon le rapport d’évaluation de la biodiversité mondiale publié en 2019 par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), les principaux facteurs mondiaux de perte de la biodiversité sont le changement climatique, la prolifération des espèces envahissantes, la surexploitation des ressources naturelles, la pollution et l’urbanisation. Ce rapport mondial a montré la responsabilité des activités humaines dans la perte de la biodiversité qui s’élève à 75 % pour les écosystèmes terrestres.

La deuxième monographie nationale du Burkina Faso sur la diversité Biologique validée en 2020 révèle l’existence d’une richesse appréciable de bio indicateurs tant sur le règne végétal que sur le règne animal.  L’on dénombre au niveau des espèces :

  • 2067 espèces de plantes supérieures recensées dont 124 espèces cultivées ;
  • 662 espèces de plantes inférieures dont 636 espèces de micro-algues et 26 espèces de plantes fougères ;
  • 120 espèces de poissons dont 82 formellement identifiées entre 2016 et 2019 ;
  • 520 espèces d’oiseaux sauvages et 23 races ou souches d’oiseaux d’élevage ;
  • 123 espèces de mammifères sauvages, 91 races de mammifères d’élevage et 51 espèces de chauves-souris ;
  • 42 espèces d’amphibiens ;
  • 96 espèces de reptiles dont 9 espèces de tortues, 4 espèces de crocodiles, 54 espèces de serpents et 29 espèces de lézards.

Malgré la richesse de sa biodiversité, l’on note qu’à l’image de beaucoup d’autres pays, les ressources du Burkina Faso subissent de plus en plus de pressions diverses. Ces pressions sont à l’origine d’un nombre important d’espèces menacées de disparition dont 350 espèces de plantes, 12 espèces de mammifères sauvages, 19 espèces d’oiseaux, 24 espèces de reptiles et 48 espèces de poisson.

Cette journée nous rappelle donc le devoir de préserver les écosystèmes, de restaurer les forêts et de privilégier une agriculture saine parce que la nature est fondamentale à la réalisation des objectifs de développement durable.

Il est donc temps d’intensifier les efforts pour la restauration de nos écosystèmes, gage de notre propre survie.

J’en appelle, par conséquent, à plus d’engagements et de détermination pour mettre fin à cette dégradation de la diversité biologique par l’adoption de comportements écocitoyens.

Bonne célébration de la Journée Internationale de la Diversité Biologique.

Je vous remercie.

Le Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique

Siméon Sawadogo

Officier de l’Ordre de l’Etalon

Articles similaires

Burkina : le salaire moyen est de 873 343 FCFA en 2021 dans les entreprises publiques

Ouaganews

Normalisation des stades : le ministre des Sports visite le stade Sangoulé Lamizana

Ouaganews

Dématérialisation des procédures des régies de recettes : le rapport d’étude validé

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.