OUAGANEWS
A la Une Economie & Développement

Burkina : le Haut conseil des transporteurs pointe du doigt la non-application d’un arrêté par le CBC

Ce mardi 12 janvier 2021, le Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso a  manifesté son mécontentement de la non-application d’un arrêté ministériel et la mauvaise gestion des bons de commande par la Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou.

Le Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso a porté à la connaissance du public, les difficultés rencontrées par les transporteurs.  Ainsi, la structure pointe du doigt la non-application de l’arrêté ministériel N°2020-055 du 21 octobre 2020 portant modalités de gestion et de contrôle du fret en provenance et à destination du Burkina.

Selon le secrétaire général, Alassane Barro, dans la pratique, les transporteurs font face à une manipulation par le CBC et des organisations syndicales.

Ces manipulations sont, entre autres, selon le SG, le blocage de la livraison du bon de chargement, l’orientation par le CBC de tout demandeur du bon de chargement vers d’autres structures syndicales, en l’occurrence FUTURB, OTRAF. Et pourtant, l’article 11 de l’arrêté  stipule clairement que le bon de chargement est délivré par le CBC,  sans aucun intermédiaire.

« De toutes ces difficultés découlent des actions discrètement ourdies par le sieur Issoufou Maïga, dans les différents ports, en complicité avec le DG du CBC, en vue de saper l’application de l’arrêté portant sur la gestion du fret », a laissé entendre Alassane Barro.

Les conséquences liées  à la non- application de l’arrêté sont énormes. Et de citer le blocage du fret à la frontière pendant des semaines, la détérioration des marchandises, les conflits entre les acteurs du transport burkinabè et togolais  et l’interdiction aux véhicules burkinabè d’accéder au territoire togolais.

Au regard de cette situation délicate qui risque d’entraîner des pénuries de denrées alimentaires et qui peut également créer une inflation sur les produits de première nécessité, des augmentations des prix  et créer des incidences diplomatiques entre les pays portuaires, le Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso invite le ministre de tutelle a jeté un regard sur les actions du CBC sur la bonne application du décret, qui connaît jusqu’à présent, de sérieux problèmes depuis sa signature.

Pour le moment, le Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso dit n’envisager aucune activité de protestation, mais cela ne saurait tarder, si rien n’est fait.

P. Théophile KABORE

Articles similaires

Prolifération des « France au revoir » à Ouagadougou : une mauvaise affaire pour les commerçants agréés

Ouaganews

Burkina Faso : le Balai citoyen contre l’effigie du président Roch sur les ambulances acquises

Ouaganews

Burkina/Salons de massage sur Facebook : les masseuses recrutées sont en réalité des prostituées

Ouaganews

Laisser un commentaire