OUAGANEWS
A la Une Société

Burkina/CADDL: des femmes dénoncent l’accaparement des terres et parcelles par les sociétés immobilières

Les femmes de la Coalition des associations pour la défense du droit au logement (CADDL) ont organisé, ce mardi 20 octobre 2020, à Ouagadougou, une marche-meeting pour interpeller les autorités sur l’accaparement des terres et parcelles par les sociétés immobilières au Burkina Faso.

Les femmes de la Coalition des associations pour la défense du droit au logement (CADDL) s’insurgent contre l’accaparement des terres et des parcelles, au détriment des populations démunies du Burkina Faso.

En effet, elles ont organisé, ce mardi 20 octobre 2020, à Ouagadougou, une marche-meeting pour dénoncer cette situation. Plusieurs associations de la ville de Ouagadougou ont participé à cette marche.

Il s’agit entre autres, en plus de la CADDL, du Comité pour la défense des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP), de la Coordination des associations unies (CAU) de Zongo, de la sous-section Boulmiougou de l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ).

Les femmes de ces organisations étaient munies de balais, pilons, nattes, pour exprimer leur ras-le-bol par rapport aux lotissements au pays des Hommes intègres. « Nous voulons un lieu pour dormir, les sociétés immobilières à bas, l’accaparement des terres à bas », pouvait-on entendre des manifestants.

Pour elles, au moment où le gouvernement a suspendu les lotissements, il continue de donner les terres aux sociétés immobilières. De la Bourse du travail, les marcheuses se sont rendues à l’Assemblée nationale pour y remettre la plateforme de leurs préoccupations.

Selon la présidente de la CADDL, Bibata Tassambédo, la crise du logement frappe les couches populaires, en partie les femmes. « Les habitants des zones à lotissements litigieux et des  zones non-loties font l’objet de tracasseries juridico-policières et de menaces diverses de la part des sociétés immobilières », a-t-elle dénoncé, avant d’ajouter qu’elles veulent des parcelles, avant de voter.

Bibata Tassambédo appelle donc les députés à voter des lois pour que les pauvres aient accès au logement. Les préoccupations de la CADDL ont été reçues par la secrétaire générale de l’Assemblée nationale, Rakiéta Zoromé. Elle a donc, promis de transmettre leurs préoccupations à qui de droit.

Lasso SAMA

Articles similaires

Burkina/Zéph à propos de l’insécurité : « L’action militaire, toute seule, n’a jamais pu vaincre le terrorisme »

Ouaganews

Gestion 2019 de la commune de Ouagadougou : Armand Béouindé dresse son bilan

Ouaganews

Syndicats du Burkina : grève générale les 8 et 9 juillet 2020

Ouaganews

Laisser un commentaire