OUAGANEWS
A la UneSociété

Burkina Sat-1 : les avantages du satellite, expliqués par son concepteur, Pr Frédéric Ouattara

Dans une interview accordée au quotidien Sidwaya, le Pr Frédéric Ouattara, meilleur physicien africain de l’espace en 2018, concepteur de Burkina Sat-1, a évoqué les avantages de ce grand projet.

De l’avis du concepteur de Burkina Sat-1, Pr Frédéric Ouattara, son projet est sur la bonne voie, malgré un retard accusé, à cause de la pandémie du coronavirus. Telle est la confidence faite dans une interview accordée au quotidien Sidwaya.

« Il a pris un peu de retard, à cause de la pandémie de la COVID-19. A chaque étape, on avait prévu une certaine durée. Mais, il se trouve qu’il y a eu des perturbations liées à la COVID-19. Mais, nous essayons de rattraper le retard autant que faire se peut », a-t-il indiqué. A l’entendre, La station au sol qui a été réceptionnée le jeudi 27 août 2020, est le symbole qui montre que « le Burkina est résolument tourné vers l’espace ». Sur une question relative à une certaine opinion qui pense que le Burkina Faso est pauvre pour se doter d’un satellite, Pr Ouattara a donné la réponse suivante : « Ceux qui le disent, méconnaissent l’importance de l’exploration spatiale, parce que beaucoup de choses arrivent sur le sol à partir de l’espace. Et le contrôle de l’espace pour nous va nous permettre de résoudre les problèmes fondamentaux des Burkinabè. Ces problèmes sont, entre autres, la pluviométrie, comment avoir une résilience au changement climatique, aider les populations à avoir les ressources en eau disponibles et permettre aux agro-pasteurs qui sont en transhumance, de pouvoir planifier pour avoir la biomasse et les points d’eau ».

Après la réception de la station au sol, a-t-il précisé, la deuxième phase va consister en la construction du satellite. « La construction veut dire qu’il faut qu’on assemble les différents éléments nécessaires à qu’on obtienne un satellite fonctionnel à même d’orbiter autour de la terre. Mais aussi, de transmettre et de recevoir les données, depuis une station au sol. C’est ce qu’on appelle construire le satellite. Après cette étape, nous allons aborder la troisième phase qui est le lancement et la mise en orbite de la stabilisation du satellite dans l’espace », a détaillé le concepteur de Burkina Sat-1.

A terme, il n’exclut pas une collaboration avec les pays voisins. « Si nous avons nos données et que les pays voisins sont intéressés, au regard de la collaboration scientifique qui nous lie, on peut avoir des échanges de données entre les pays. C’est la science qui le permet. Mais, il faut des collaborations exprimées à travers des contrats de coopération entre les pays et les chercheurs des différents pays », a-t-il précisé.

ouaganews.net

Articles similaires

ENSP : le Pr Edgar Ouangré, nouveau DG par intérim

Ouaganews

Message des chefs traditionnels du Burkina sur la situation nationale : « Notre responsabilité nous impose de rompre le silence »

Ouaganews

Chine Express : Relations sino-burkinabè

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.