OUAGANEWS
A la UneCulture

Burkina : la réalisatrice Apolline Traoré initie les enfants à la cinématographie

Apolline Traoré, en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et le ministère en charge de la culture, a   lancé officiel le projet : « Les enfants au cinéma » qui consiste à initier les enfants à la cinématographie, ce mercredi 12 juin 2024, au musée national, à Ouagadougou. C’est un projet qui va permettre d’ouvrir de nouvelles voies d’expression aux enfants vulnérables, y compris les non-vulnérables.

La crise sécuritaire et humanitaire que connaît le Burkina cette dernière décennie, a beaucoup impacté sa population. Et ce sont les enfants qui sont particulièrement touchés dans leur développement cognitif et leur santé mentale. Ainsi, pour leur permettre de partager leur vécu, une formation à la production cinématographique a été initiée en leur faveur.

En effet, pendant 12 semaines, 30 enfants âgés de 8 à 15 ans seront initiés à la réalisation de films, au montage d’images et sons, écriront des scénarios, feront des castings, ainsi que la conception, la production et le tournage, entre autres.

Cette formation sera donc comme un outil éducatif, créatif et récréatif qui va permettre aux enfants une perspective innovante de surmonter de potentiels traumatismes pour certains d’entre eux. Cela permettra aussi de transmettre des messages et des enseignements significatifs.

« Nous croyons que cette initiative vous permettra de mieux porter la voix de vos pairs, amener le plaidoyer des droits de l’enfant plus loin encore. », a souhaité Ndiaga Seck, chef de la communication de l’UNICEF au Burkina Faso.

Car explique-t-il, c’est l’occasion pour les enfants de produire leur propre film pour la 29ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Et de dire que leur histoire vaut la peine d’être racontée et être entendue.

Quant à la formatrice, Apolline Traoré, l’objectif pour elle, est d’ouvrir l’esprit des enfants.

« Qu’ils puissent à travers leur expérience, renconter une belle histoire commune qu’on pourra plus tard réaliser. La première semaine sera de les envoyer à créer l’histoire et écrire le scénario. Après, il s’agira de leur apprendre les différents types de position en faisant un film. Qu’est-ce qu’un cadreur, qu’est-ce qu’un réalisateur, c’est quoi le son, l’image… Jusqu’à ce qu’on finisse un film. Mais c’est aussi surtout ouvrir leur esprit pour une volonté éventuelle de faire carrière dans ce métier. »

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

Burkina/JNP : 400 délégués de producteurs attendus et non 1 500

Ouaganews

Résidence de l’ambassadeur de France à Ouaga : le 11-Mars et Barkhane au menu des échanges

Ouaganews

Ambassade des Etats-Unis au Burkina : l’Ambassadeur Sandra E. Clark condamne les actes contre le Capitole

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.