OUAGANEWS
A la UneSociété

Burkina/Données à caractère personnel : une nouvelle loi pour mieux protéger les populations

La nouvelle loi n°001/AN du 30 mars 2021 portant protection des personnes dans le traitement de leurs données à caractère personnel comporte beaucoup d’innovations. Il s’agit entre autres, de l’élargissement du champ définitionnel, d’un meilleur encadrement du transfert des données à l’étranger, d’une revue à la hausse du montant des amendes forfaitaires et de la consécration de nouveaux droits, au profit des personnes concernées.

L’information a été rendue publique, à un point de presse à Ouagadougou, ce lundi 6 septembre 2021, par  la présidente de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL),  Marguerite Ouédraogo/ Bonané

Selon la présidente de la CIL, les innovations portées à la loi sont dues au fait que dans sa mise en œuvre, la loi n°010-2004 a révélé des insuffisances. Et suite à un processus inclusif et participatif, la nouvelle loi, celle n°001-2021/AN a été adoptée par l’Assemblée nationale, le 30 mars 2021.

La CIL reçoit et traite régulièrement, des cas de plaintes relatives à la violation des droits des personnes dans le traitement de leurs données à caractère personnel, a indiqué la présidente avant de souligner que ces plaintes sont, la plupart du temps, liées à leurs activités sur Internet et les réseaux sociaux.

Des hommes des médias au point de presse

En 2020, c’est environ 855 plaintes qui ont traitées, déplore la présidente de la CIL, Marguerite Ouédraogo/Bonané. Cette rencontre avec la presse a été également, une occasion pour la CIL d’interpeller encore la population sur la protection de leurs données personnelles.

A en croire  la présidente, plusieurs défis majeurs s’imposent à la CIL. Il s’agit selon elle, d’obtenir une meilleure connaissance du cadre juridique de la protection des données personnelles par les populations, surtout par les responsables du traitement de la réglementation de l’usage des caméras de surveillance dont l’installation doit être obligatoirement, déclarée auprès de la CIL par lesdits responsables.

C’est le lieu également pour la CIL, de rappeler que l’installation et l’usage des caméras de surveillance doivent impérativement faire l’objet d’une déclaration à son niveau, leur usage doit respecter l’intimité de la vie privée des personnes dans les lieux de travail et les domiciles, respecter les droits des personnes concernées, notamment le droit à l’information sur ses données collectées, le droit d’accès, le droit d’opposition, a averti Marguerite Ouédraogo/Bonané

«C’est le lieu également pour nous, de solliciter du gouvernement, au regard des enjeux et de la délicatesse de la question, la mise à la disposition de la CIL de moyens conséquents pour toucher la majorité des Burkinabè sur la nécessité de protéger leur identité numérique », a plaidé la présidente de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL).

Théophile P. Kaboré/Ouaganews

Articles similaires

Burkina : 14 militaires tués, 7 blessés dans l’attaque de Yirgou (bilan officiel)

Ouaganews

Burkina : baisse des exportations de l’or de 8,1% au 1er trimestre 2022

Ouaganews

Lutte contre le terrorisme au Burkina : l’OIVC recommande une guerre populaire généralisée

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.