OUAGANEWS
A la Une Société

Burkina/Enquête ONDD : l’activité domestique doit être valorisée

A l’atelier de la Direction générale de l’économie et de la planification, le mardi 15 décembre 2020 à l’hôtel Ramada, une analyse a été faite par Gustave Bambara, directeur des politiques de population sur l’occupation des femmes et des hommes au Burkina Faso.

 

L’être humain, dans ses occupations effrénées, alloue différemment son temps journalier en fonction des caractéristiques sociodémographiques et économiques. Ces caractéristiques sont  réparties en trois grandes catégories, à savoir les activités génératrices de revenus, les activités domestiques, ainsi que les activités biologiques et loisirs.

D’abord, les activités génératrices de revenus se résument à l’activité qui fait l’objet d’échanges sur le marché en activités marchandes.

Ensuite, les activités domestiques qui sont celles réalisées au sein des ménages qui peuvent être rémunérées ou non.

Puis, parlant des activités biologiques et loisirs, ce sont des activités réalisées par les individus pour eux-mêmes dont l’utilité leur incombe.

Ainsi, les préoccupations des activités rémunératrices consacrent 4 heures, 14 minutes chez les hommes, tandis que chez les femmes, cela fait 2 heures dans une moyenne générale de 3 heures 26 minutes. Dans les activités domestiques, les hommes font 13 minutes, tandis que les femmes  en font 2 heures 42 minutes, dans une moyenne de 1 heure 27 minutes. Aussi, au niveau des activités biologiques et loisirs, les hommes sont disponibles de 19 heures 33 minutes et les femmes 18 heures 44 minutes dans un ensemble relationnel de 19 heures 7 minutes dans l’exploitation des 24 heures par jour.

De plus, dans les travaux domestiques non rémunérés, huit activités ou groupes d’activités ont été identifiées, telles que la cuisine et la vaisselle, le shopping, le nettoyage, le lavage et la lessive, la recherche d’eau, la recherche de bois, le jardinage et les soins aux personnes. Des enquêtes sur ces huit activités, il ressort que la femme se taille la grosse part (ce qui n’est pas étonnant); qu’elle soit jeune ou âgée.

Présentation PowerPoint

Ainsi donc, la gent féminine se consacre plus aux activités domestiques non rémunérées. Si ce travail était rémunéré, les femmes allaient être les plus riches au monde. Si la comptabilité nationale arrive à capter le travail domestique de la servante, normalement ces activités devraient être rémunérées, en compensation des corvées féminines.

Dans nos pays, la valeur de l’activité domestique non rémunérée représentait environ 32,2% du PIB en 2014, dont les femmes, 29,9% du PIB, tandis que celle des hommes, 2,4 du PIB.

En somme,  l’Observatoire national du dividende démographique (ONDD) est un outil de veille, d’information sur notre système statistique national en matière de population et de développement. Les mécanismes de son fonctionnement normal en cours, atteindront certainement leur vitesse de croisière cette année, avec l’engagement et la participation active de tous. Aussi, les femmes ménagères devront cesser de se marginaliser,  mais plutôt de valoriser leur travail.

 

Présentation PowerPoint

Alors, il ressort de cette petite analyse que la qualité de l’activité domestique doit être normalement la plus valorisée, car c’est cette activité qui maintient et crée le bien-être de l’homme dans la vie sociale. L’activité domestique lui permet d’être plus actif dans l’activité énumérée et celle biologique et des loisirs. Aussi, les autorités devraient se pencher sur cette situation si importante.

Synthèse de Adélaïde T. Mana

Articles similaires

Elections présidentielle et législatives : des acteurs renforcent leurs capacités

Ouaganews

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 28 avril 2021

Ouaganews

Burkina/Elections couplées du 22 novembre : le CDP constate l’absence de consensus des candidats de l’opposition

Ouaganews

Laisser un commentaire