OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina : hausse de l’indice harmonisé des prix à la consommation de 1,5% à fin avril 2024

Selon l’Institut national de statistique et de la démographie (INSD), l’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) du mois d’avril 2024 a enregistré une hausse de 1,5% par rapport à mars 2024. En glissement annuel, l’indice indique une hausse de 3,7%.

La hausse du niveau général des prix à la consommation d’avril 2024 est tributaire de l’augmentation des prix des fonctions « boissons alcoolisés, tabac et stupéfiants », « produits alimentaires et boissons non alcoolisées », « restaurants et hôtels » et « logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles ».

Hausse des prix du cola, des céréales, des légumes frais et secs et de la volaille 

L’augmentation des prix de la noix de cola est seule responsable de la tendance haussière de 3,1% des prix de la fonction « boissons alcoolisés, tabac et stupéfiants ».

Quant à la hausse des prix de la fonction « produits alimentaires et boissons non alcoolisées » de 2,4% est la conséquence de l’augmentation des prix des céréales, des légumes frais et secs ainsi que ceux de la volaille.

Augmentation des prix du porc au four et du bois de chauffe

La hausse des prix de la fonction « restaurants et hôtels » de 0,4% est imputable à la hausse des prix du porc au four.

En ce qui concerne le renchérissement de 0,1% de la fonction « logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles », il est dû à la flambée des prix du bois de chauffe malgré que cette hausse a été atténuée par la baisse des prix du charbon de bois.

Les 9 autres fonctions de consommation suivies par l’INSD sont restées quasi stables dans l’évolution de leurs prix.

Hausse des prix produits locaux et importés, des produits non durables et ceux du secteur primaire et secondaire

Selon l’origine des produits, l’augmentation simultanée des prix des produits locaux et importés contribue à la tendance haussière du niveau général des prix à la consommation.

Suivant la durabilité des produits, la situation haussière de l’indice est essentiellement portée par les produits non durables. Aussi, au niveau du secteur de production, l’apport à la variation haussière de l’indice global mensuel est porté par le secteur primaire et le secteur secondaire. Ceux du secteur tertiaire sont restés stables.

Wandaogo Moussa /Ouaganews.net

 

Articles similaires

Burkina Faso / REN-LAC : La mauvaise gouvernance altère la qualité des infrastructures

Ouaganews

#Burkina : la CRS obtient un centre de formation et de loisirs au profit des blessés de guerre

Ouaganews

Burkina/ABNORM : les huiles alimentaires importées ayant bénéficié d’une autorisation de mise à la consommation

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.