OUAGANEWS
Economie & Développement

Burkina/INSD : lancement d’un projet pour l’harmonisation et l’amélioration des statistiques en Afrique de l’Ouest

Le 30 septembre 2021, le Ministère de l’économie, des finances et du développement a procédé à Ouagadougou, au lancement des activités du Projet d’harmonisation et d’amélioration des statistiques en Afrique de l’Ouest (PHASAO) financé par la Banque mondiale.

Il vise à renforcer le système statistique dans 7 pays d’Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Ghana, Libéria, Sierra Leone et Togo) et accompagner les efforts d’intensification de l’intégration régionale de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le PHASAO s’inscrit dans le cadre de la Stratégie pour l’harmonisation des statistiques en Afrique (SHaSA2), une initiative continentale conçue pour remédier aux insuffisances des systèmes statistiques et soutenir le déploiement du programme d’intégration régionale de l’Afrique.

Il soutient également la mise en œuvre de la stratégie régionale de la CEDEAO pour la période 2019-23, qui cherche à renforcer les niveaux de vie des populations dans ses pays membres.

La cérémonie de lancement du PHASAO au « pays des hommes intègres » était placée sous la présidence du ministre de l’économie, des finances et du développement représenté par la ministre déléguée chargée de l’aménagement du territoire et de la prospective, Pauline Zouré. Selon la ministre déléguée, ce PHASAO est une opportunité qui va doter le Burkina Faso d’outils et d’infrastructures statistiques nécessaires en vue de lui permettre de disposer de données fiables qui vont aider à la prise de décisions.

Le coût total du projet pour le Burkina Faso est de à 33 milliards de francs CFA et sa mise en œuvre par l’INSD s’étendra sur la période 2021-2025. Il va notamment contribuer au renforcement de la capacité institutionnelle, à l’amélioration de la qualité des méthodologies de production de l’information statistique, à l’appui à la production et à la diffusion de statistiques harmonisées, ainsi qu’à la promotion de l’utilisation des statistiques pour la prise de décision au niveau central et local.

Pour la représentante-résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso présente à la cérémonie de lancement, Maïmouna Mbow Fam, le fait de disposer de données statistiques fiables permet de mieux cibler les zones et d’orienter les politiques publiques vers ces zones.

Le lancement des activités du projet régional a aussi été marqué par l’ouverture de la première session 2021 du Conseil national de la statistique (CNS) consacré à l’examen du projet de rapport statistique national 2020 et du programme statistique national 2020. Pour 2020, les activités programmées ont connu un taux d’exécution de 63% contre 74% en 2019. Une baisse de performance imputable à la situation sanitaire et à l’insécurité dans certaines régions du pays.

Moussa Wandaogo/OuagaNews

Articles similaires

Infrastructures communales : Armand Béouindé s’imprègne de l’avancée des travaux

Ouaganews

Burkina/Ministère en charge de l’économie : la première session ordinaire du CASEM analyse les avantages des téléprocédures

Ouaganews

Audience PM : l’Ordre des experts comptables chez Christophe Dabiré

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.