OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina : la BAD prévoit un taux de croissance économique de 3,3% sur la période 2023-2024

Dans le premier rapport du groupe de la Banque africaine de développement (BAD)  « performances et perspectives macroéconomiques de l’Afrique» parue le 19 janvier 2023), la croissance économique de l’Afrique serait d’environ 4 % en moyenne sur la période 2023-2024, celle du Burkina serait de 3,3%.

Ce rapport est une nouvelle publication qui paraîtra 2 fois par an. Il offrira aux décideurs, investisseurs internationaux, chercheurs et autres partenaires au développement, une évaluation à jour et fondée sur des données probantes des dernières performances macroéconomiques du continent et de ses perspectives à court et moyen terme, dans un contexte d’évolution dynamique de l’économie mondiale.

Selon le rapport, la croissance moyenne estimée du Produit intérieur brut (PIB) réel en Afrique a ralenti à 3,8 % en 2022, contre 4,8 % en 2021, dans un contexte de défis majeurs consécutifs au choc du Covid-19 et à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Malgré ce ralentissement économique, 53 des 54 pays d’Afrique ont affiché une croissance positive.

La croissance économique de l’Afrique devrait dépasser celle du reste du monde, au cours des 2 prochaines années, avec un PIB réel d’environ 4 % en moyenne en 2023 et 2024. Ce chiffre est supérieur aux moyennes mondiales prévues à 2,7 % et 3,2 %.

Les 5 économies africaines les plus performantes de la période pré-Covid-19 devraient connaître une croissance de plus de 5,5 % en moyenne en 2023-2024 et retrouver leur place parmi les dix économies les plus dynamiques du monde. Ces pays sont le Rwanda (7,9 %), la Côte d’Ivoire (7,1 %), le Bénin (6,4 %), l’Éthiopie (6,0 %) et la Tanzanie (5,6 %).

D’autres pays africains devraient connaître une croissance supérieure à 5,5 % au cours de la période 2023-24. Il s’agit de la République Démocratique du Congo (6,8 %), de la Gambie (6,4 %), de la Libye (12,9 %), du Mozambique (6,5 %), du Niger (9,6 %), du Sénégal (9,4 %) et du Togo (6,3 %). Celle du Burkina est estimé à 3,3% sur la période 2023-2024.

Compte tenu des risques mondiaux et régionaux actuels, le rapport émet une réserve sur les perspectives. Ces risques comprennent la flambée des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, le durcissement des conditions financières mondiales et l’augmentation connexe des coûts du service de la dette intérieure. Les changements climatiques, avec leurs effets néfastes sur l’approvisionnement en denrées alimentaires et le risque potentiel d’un changement de politique dans les pays où se tiendront des élections en 2023, représentent des menaces tout aussi redoutables.

Pour faire face aux défis économiques du continent, le rapport préconise l’adoption de mesures politiques audacieuses à l’échelle nationale, régionale et mondiale pour aider les économies africaines à atténuer ces risques cumulés. Celles-ci comprennent un mélange de politiques monétaires, fiscales et structurelles.                                                                                                            Adélaïde Tenin Mana/Ouaganews

Source : BAD

 Télécharger le rapport de la BAD

Rapport BAD

Articles similaires

Burkina/Finances publiques : près de 27,17% de marchés publics en procédures exceptionnelles en 2020

Ouaganews

Fédération burkinabé de football : chronique d’une crise annoncée

Ouaganews

Investiture de Roch Kaboré : « Son discours est très rassembleur, on lui souhaite bon vent » Yasmine Sarr

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.