OUAGANEWS
A la Une Syndicats

Burkina/La CGT-B condamne fermement les menaces récurrentes de mort de citoyens

Le collectif syndical CGT-B a appris avec stupéfaction, les menaces de mort à l’encontre de notre camarade Siriki Dramé, secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC). En effet, le samedi 28 novembre 2020, un individu, aux fins lugubres, s’est permis d’inscrire le message suivant, sur le portail du domicile du camarade Siriki Dramé : « je viendra se soir pour vous tue ».

Pour le collectif syndical CGT-B, le message est suffisamment clair. Il s’agit d’intimider le camarade, son organisation ainsi que sa famille et au pire, d’attenter à sa vie. En effet, les menaces de mort et les intimidations, qu’elle que soit leur forme ou canal d’expression, ne doivent pas être prises à la légère, d’autant plus que suite à des menaces voilées, les deux camarades de l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ), Fahadou Cissé et Balima Hama, ont été assassinés, le 31 mai 2019 à Sebba. De même, il en a été ainsi des menaces et intimidations sur Norbert Zongo relatées par lui-même en son temps, dans son journal « L’Indépendant », que d’aucuns à l’époque,  ont banalisées et même traité sa personne « de petit enseignant ».

Le collectif syndical CGT-B :

– condamne fermement ces genres de pratiques moyenâgeuses, barbares et lâches ;

– met en garde les individus qui s’adonnent, directement ou par personnes interposées, à ces menaces de mort contre des citoyens ;

– invite instamment les autorités, notamment le ministre chargé de la sécurité, à prendre toutes les dispositions pour la sécurisation du camarade Siriki Dramé et sa famille ;

– invite les forces de sécurité saisies (Police et Gendarmerie) ainsi que la Justice à diligenter des enquêtes, afin de retrouver et punir les auteurs et commanditaires de ces menaces, à la hauteur de leur forfait.

Le collectif syndical CGT-B exprime au camarade secrétaire général du SYNATIC et à sa famille, sa solidarité et son soutien. Il suit de près cette énième menace de mort proférée contre des responsables syndicaux et citoyens burkinabè. En effet, cette affaire vient rappeler une série de meurtres, d’agressions et de menaces de mort non encore élucidée :

– les menaces et intimidations sur Monsieur Lionel Bilgo, le 24 mai 2020 ;

– l’incendie du domicile du camarade Pissyamba Ouédraogo, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), le 4 avril 2020 ;

– l’appel à l’élimination physique, par empoisonnement ou par accident, du secrétaire général confédéral de la CGT-B, Bassolma Bazié, lancé le 22 mars 2020, par Madame Reine Christine Savadogo, déposée à la MACO et dont le dossier est pendant devant les juridictions ;

– les menaces de mort contre le Docteur Daouda Diallo, secrétaire général du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) en début janvier 2020 ;

– l’attaque au cocktail molotov du domicile de Monsieur Yacouba Ladji Bama, rédacteur en chef du bimensuel « Courier confidentiel », dans la nuit du 6 au 7 janvier 2020 ;

– l’enlèvement de l’activiste, Monsieur Naïm Touré, à son domicile, dans la nuit du 12 novembre 2019 et sa séquestration dans une « institution policière » ;

– le meurtre de Monsieur Wendbénédo René Nikiéma de l’Association des investisseurs en trading, dans la nuit du 27 octobre 2019 ;

– etc.

Face à la récurrence et à la recrudescence des agressions et menaces de mort, le collectif syndical CGT-B interpelle le gouvernement sur la responsabilité qui est la sienne dans la protection et la sécurisation des populations et des citoyens.

Il appelle les militants, les défenseurs des droits humains et des libertés, les démocrates et patriotes à redoubler de vigilance, à se mobiliser et agir avec fermeté pour faire échec à toute velléité d’attentat contre les responsables d’organisations, la banalisation de toute vie humaine, ainsi que toute velléité de remise en cause des acquis démocratiques au Burkina Faso.

Ouagadougou, le 2 décembre 2020

Le Porte-parole :

 Bassolma Bazié

Secrétaire Général Confédéral de la CGT-B

 *Le titre est de la Rédaction

Articles similaires

CDP : «  Il faut sauver Damiss »

Ouaganews

Adoption de statuts particuliers : les explications du Ministère de la fonction publique

Ouaganews

Burkina/Secteur financier : le DG de Orabank, en fin de mission, décoré

Ouaganews

Laisser un commentaire