OUAGANEWS
A la Une Société

Burkina : les ASBC réclament 12 mois d’arriérés de salaires

Ce mardi 4 mai 2021, une délégation des Agents de santé à base communautaire (ASBC) a donné une conférence de presse, pour ainsi exprimer leur ras-le- bol face à des arriérés de salaires. Selon leurs dires, ils traînent 12 mois d’arriérés de «salaires».

Un Agents de santé à base communautaire (ASBC) est dans les villages environnants et vient en appui aux agents de santé dans les périphéries (dans les CSPS).Les activités menées par les ASBC sont la sensibilisation, la réalisation de campagnes de masse (distribution des Moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA)… Ces agents  font face à des arriérés de salaires d’un an.

Selon Karim Kaboré, un agent de santé à base communautaire du Ganzourgou, les ASBC peuvent passer 12 mois sans avoir de motivation. « Il y a d’autres qui, depuis leur recrutement en 2016, n’ont rien perçu jusqu’à ce jour », a-t-il indiqué

Les conférenciers du jour

« Un engagement avait été pris à leur recrutement, pour leur donner une motivation de 20 000 FCFA par mois, mais jusqu’à présent, rien n’est fait », a expliqué Karim Kaboré

La situation est alarmante, selon un ASBC du Zoundwéogo du nom de Salfo Tapsoba.  « On ne nous paye jamais à la fin du mois. Pour avoir sa motivation, il faut traîner plus de 12 mois d’arriérés de salaires. Et quand on vient pour payer, vous ne recevez que le paiement de six ou sept mois, mais jamais tous les 12 mois de retard », a-t-il indiqué.

« On se plaint avec le major, qui lui aussi va voir le Médecin chef de district (MCD) qui, lui également, dit ne pas savoir où se trouve le blocage. On nous doit 12 mois de salaires, mais on ne sait pas à qui s’adresser dans cette affaire », fustige Salfo Tapsoba.

Ces agents de santé à base communautaire ont rencontré la presse pour dénoncer tous ces manquements qui, à les entendre, ne sont pas de nature à favoriser leur travail.

Des moyens de déplacement leur ont été promis pour faciliter le travail, mais jusqu’à ce jour, rien n’a été fait. Alors que, selon les explications des conférenciers, pendant la saison pluvieuse, les déplacements sont difficiles sans ces engins. Ils invitent donc, le gouvernement à se tourner vers eux, à les soutenir, afin qu’ils puissent honorer, eux aussi, leur engagement vis-à-vis des populations.

Théophile P. KABORE

Articles similaires

Zone de Guergarate : le Maroc mène « une action déterminante »

Ouaganews

Le CSC face aux médias : 90 jours sans couverture médiatique des campagnes électorales déguisées

Ouaganews

« Déstabilisation de la magistrature » : des « allégations sans fondement », répond le gouvernement

Ouaganews

Laisser un commentaire