OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina : l’inclusion financière s’est améliorée en 2021 (BCEAO)

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) vient de publier le rapport sur la situation de l’inclusion financière dans l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA) de l’année 2021 qui laisse apparaître une amélioration de l’inclusion financière au Burkina.

 La situation de l’inclusion financière au Burkina Faso s’est globalement améliorée en 2021, à travers l’évolution de l’indice synthétique d’inclusion financière mesurée sur une échelle comprise entre 0 et 1. En effet, il s’est fixé à 0,632 en 2021 contre 0,595 en 2020.

En 2021, la valeur de l’indice est de 0,562 au niveau communautaire. L’indice synthétique d’inclusion financière est analysé à travers l’évolution des 7 indicateurs retenus par la Banque centrale, regroupés autour de 3 dimensions que sont l’accès, l’utilisation et l’accessibilité-prix.

Dimension « accès »

Il s’agit du taux global de pénétration démographique des services financiers et du taux global de pénétration géographique des services financiers qui mesure cette dimension.

Le taux global de pénétration démographique des services financiers, qui mesure la proximité des services financiers des populations, a augmenté pour se situer à 112 points de services pour 10 000 adultes contre 94 en 2020. Quant au taux global de pénétration géographique qui évalue le nombre de points de services disponibles sur une superficie de 1 000 km2, il a enregistré une évolution significative pour se situer à 491 points de services sur 1 000 km2 en 2021 contre 396 points de services sur 1 000 km2, un an auparavant.

Dimension « utilisation »

Cette dimension est évaluée par le taux de bancarisation strict, le taux de bancarisation élargi et le taux global d’utilisation des services financiers.

Le taux de bancarisation strict est passé de 20,6% en 2020 à 21,2% en 2021. Il détermine le pourcentage de la population adulte, âgée de 15 ans et plus, détenant un compte dans les banques, les services postaux, les caisses nationales d’épargne et le Trésor.

Quant au taux de bancarisation élargi qui complète le taux de bancarisation strict par le pourcentage de la population adulte détentrice d’un compte dans les institutions de microfinance, il est ressorti à 35,7% en 2021 contre 33,8% en 2020.

Le taux global d’utilisation des services financiers qui prend en compte, outre le taux de bancarisation élargi, le niveau d’utilisation des services de monnaie électronique, s’est situé à 81,4% en 2021 contre 75,4%, un an auparavant.

Dimension « accessibilité-prix »

Pour la mesure de cette dimension, il est utilisé le taux d’intérêt nominal des dépôts qui mesure la rémunération de l’épargne au niveau des banques et des systèmes financiers décentralisés et le taux d’intérêt nominal des crédits qui renseigne sur les coûts supportés par les clients pour accéder aux crédits octroyés par les banques et les systèmes financiers décentralisés.

Le taux de rémunération des dépôts des populations auprès des banques a également progressé pour se situer à 5,35% en 2021 contre 5,13% en 2020. Par contre, le taux d’intérêt nominal des crédits a connu une baisse pour se situer à 6,27% en 2021 contre 6,59%, un an auparavant.

Moussa Wandaogo /Ouaganews 

Articles similaires

Energie solaire : 6 pays dont le Burkina vont bénéficier d’un mécanisme innovant de financement de la BOAD

Ouaganews

«Combattre la corruption : aperçu du système africain de lutte contre la corruption » de Pascal Bamouni

Ouaganews

Burkina/Incitations à la violence sur les réseaux sociaux : la mise en garde du ministre Maxime Koné

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.