OUAGANEWS
A la Une Politique

Burkina/Réconciliation nationale : « Nous ne négocierons pas avec les terroristes » Zéphirin Diabré

Le ministre d’État, ministre auprès du Président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion Sociale, Zéphirin Diabré, a donné une conférence de presse sur la réconciliation nationale, ce jeudi 04 mars 2021, à Ouagadougou. Il a également répondu à certaines questions dont celle liée à une probable négociation avec les terroristes.

A ce propos, le ministre de la réconciliation, Zéphirin Diabré, est clair et catégorique : « Nous ne négocions pas et nous ne négocierons pas avec les terroristes ».

Cette question de négociation avec les groupes armés, faut-il rappeler, avait été révélée par un journal d’investigation qui affirme que dans les négociations, 29 terroristes ont été libérés par le Burkina. Dans le compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 février 2021, Ousséni Tamboura, porte-parole du gouvernement, n’avait pas totalement tranché dans sa réponse. « Je ne peux pas confirmer ou infirmer, avait-il soutenu.

Pour Zéphirin Diabré, il est du devoir de l’État de ramener à la raison les Burkinabè qui ont pris les armes contre le pays. « Il est de notre devoir de ramener nos enfants à la maison (…) Tous ces gens qui se sont laissés manipuler peuvent revenir », a fait savoir le ministre d’État, tout en lançant un appel à tous les jeunes, à déposer les armes.

Qu’ils reviennent à la patrie. Qu’ils reviennent et je demande aux parents de les accueillir », a indiqué le ministre Zéphirin Diabré.

Les 5 points de la réconciliation nationale de Zéph

En ce qui concerne la réconciliation nationale, Zéphirin Diabré a indiqué qu’on peut catégoriser la réconciliation nationale en 5 points. Car selon lui, les questions communautaires ne doivent pas être minimiser. C’est la bombe que l’on doit désamorcer pour que notre pays aille de l’avant, a-t-il souligné.

A en croire le ministre, la réconciliation sociopolitique, qui regroupe entre autres :  les crimes de sang, la destruction de biens pour des règlements de compte politiques, les conflits dans la quête du pouvoir, est l’un des premiers points catégorisant la réconciliation nationale.

Des autres points, il a cité la réconciliation communautaire qui regroupe les conflits fonciers et ethniques. Il a également souligné que la réconciliation sécuritaire qui regroupe les actions des terroristes ayant entraîné des conflits intercommunautaires. Ensuite, c’est la réconciliation administrative qui regroupe les dossiers d’injustice et les réformes et la réconciliation entre l’État et ses citoyens qui seront les grands chantiers de son ministère

« La réconciliation nationale est un processus. Nous avons entamé un processus que nous comptons mener à terme avec le soutien de tous. Ce qu’il faut savoir est que la question de la réconciliation ne se limite pas seulement à la question de la politique. C’est pourquoi nous devons aller sur un plan plus large pour régler cette question de la réconciliation », a expliqué Zéphirin Diabré

P. Théophile KABORE

Articles similaires

Burkina/Coronavirus : « La maladie est dans une phase stable »

Ouaganews

Présidentielle et législatives 2020 : Christophe Joseph Marie Dabiré au bureau de vote N° 2 de L’école Dassasgho B

Ouaganews

Burkina/Cimenterie : les acteurs exposent les contraintes du secteur au chef de l’Etat

Ouaganews

Laisser un commentaire