OUAGANEWS
Politique

Burkina : vœux de la présidente du Mouvement pour la renaissance du Burkina (MRB) à l’occasion du nouvel an 2023

Mes chers compatriotes,

Je m’adresse à vous aujourd’hui pour vous formuler mes VŒUX LES MEILLEURS, POUR L’ANNÉE 2023.

Comme vous le savez, le combat pour la liberté n’a jamais été un long fleuve tranquille. L’histoire de notre continent, et plus particulièrement celle de notre pays, est fournie de figures dont l’engagement pour des causes justes s’est souvent fait au péril de leur propre vie.

Notre pays fait l’objet des attaques variées menées par des groupes armés déjà identifiés, dans le but de terroriser nos populations, créer la psychose et entretenir le doute sur la capacité des burkinabè à prendre en mains le destin de notre pays.

Rassurez-vous, la visée de toutes ces attaques à nous imposer est un plan machiavélique, bien huilé et préparé, pour faire mains basses sur nos nombreuses richesses que renferme notre sous-sol.

L’une des conséquences directes de l’insécurité est la démobilisation des burkinabè ; obligés de quitter leur domicile, pour se retrouver dans des villes et villages les plus sécurisés, d’où la prolifération des personnes déplacés internes.

La seconde conséquence directe de l’insécurité est l’instabilité de notre pays, notamment avec deux coups d’état menés au cours de l’année 2022 écoulée.

Le tissu économique tire le plus lourd tribut de cette situation délétère, et le gouvernement devrait tirer toutes les conséquences et trouver des mécanismes pour assouplir le supplice de nos opérateurs économiques.

Sur le plan politique, la réforme consensuelle du système électoral, qui est un impératif pour l’équilibre de la compétition démocratique, doit être à l’ordre du jour dans toutes les réflexions politiques.

Ensuite, la compétition électorale ne saurait se tenir dans la situation d’insécurité que traverse notre pays en ce temps. Par conséquent, notre parti politique le Mouvement pour la Renaissance du Burkina par l’éducation, le MRB, appelle TOUTE classe politique, les forces vives de la nation, les Organisations de la Société Civile OSC, à mettre de côté nos différents costumes, et À FORMER UN BLOC SOLIDE, UNI, DERRIÈRE NOS AUTORITÉS ACTUELLES, pour un FRONT NATIONAL contre nos ennemis communs qui nous endeuillent. On ne saurait continuer d’arborer nos costumes respectifs si l’Etat se meurt.

Ces derniers jours, de très graves révélations sont faites sur le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde e la Restauration, le MPSR, par des allégations de braquage de deniers publics, l’argent du contribuable burkinabè, pendant que certains burkinabè meurent de faim. NON, c’est aussi du terrorisme économique, c’est criminel ! Le Président de la transition le Capitaine Ibrahim TRAORE doit se désolidariser de tous ceux qui ont été dans le système de pillage de son prédécesseur, le Lieutenant-Colonel Paul Henri DAMIBA.

Je demande au procureur du Faso, d’ouvrir une enquête sur toutes ces allégations, et que le droit soit DIT à la suite de l’enquête et que toutes les conséquences de cette sombre affaire soient tirées. Je conseille au Président de la transition le Capitaine Ibrahim TRAORE de DISSOUDRE le MPSR ou d’assumer pleinement le passif du MPSR.

Sur le plan économique, j’invite personnellement le gouvernement à anticiper sur toutes les éventualités qui pourraient nous être imposées sur le plan économique, pendant que l’ennemi verra que nous sommes en train de gagner la bataille militaire. OUI, NOUS GAGNERONS LA BATAILLE MILITAIRE.

La meilleure arme d’attaque économique de l’ennemi se trouve sur du compte d’exportation de notre pays. A cet effet, je propose au gouvernement de changer le RÉGIME DE CHANGE DE DEVISES par le RÉGIME DE TROC DE MARCHANDISES, notre Or et notre Coton. Il faut donc arrêter dès maintenant l’exportation de tous nos produits non périssables pour constituer des valeurs monétaires de change à nos produits d’importations.

L’avantage de cette démarche est déjà de contourner les comptes d’opération de la France et de réaliser des gains de change sur la conversion monétaire qui ne profite FRAUDULEUSEMENT qu’à la France à travers son bon de trésor appelé « Franc CFA ».

Cela veut dire que, aucun gramme de notre OR, par exemple, ne doit quitter le sol burkinabè, parce que l’Etat aurait nationalisé quelques sociétés minières, et parce que l’Etat rachèterait la production d’Or de nos sociétés minières. Cela aura l’avantage de faire la lumière sur la production réelle d’Or de notre pays et le contrôle obligatoire de l’Etat sur les quantités exactes produites.

Sur le plan sécuritaire, la négligence et le mépris des deux précédents régimes vis-à-vis des régions en proie au terrorisme, dont les populations sont considérées comme de simples faire-valoir, a favorisé l’émergence de crises notamment la dissémination de la menace terroriste.

S’il est nécessaire de saluer l’action héroïque de nos Forces de Défense et de Sécurité, FDS, nos Volontaires pour la Défense de la Patrie, VDP, dans la lutte contre cette menace, l’honnêteté intellectuelle voudrait qu’on souligne l’utilisation inconséquente des moyens financiers et matériels mis à disposition à cet effet. Ce qui, non seulement, met en péril la Coopération Militaire entre le Burkina Faso et ses Partenaires stratégiques, mais aussi sape la crédibilité de notre pays en tant qu’acteur clé de la lutte contre l’insécurité dans la région sahélo-saharienne.

Mes Chers compatriotes,

Ce tableau peu reluisant de la situation de notre pays, traduit la course quotidienne vers l’incertitude où les régimes précédents nous ont conduits. C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’il faut assainir l’espace sécuritaire et l’espace politique burkinabè, avant l’organisation de toutes autres élections ; car les présidents mal élus produiront toujours les situations d’instabilité et d’insécurité.

Il nous importe, Mes Chers Compatriotes, de rester vigilant face à cette volonté d’empêcher la pleine expression d’une pensée contradictoire dans l’espace public burkinabé. Les politiciens illégitimes utilisent pour cela divers outils dont l’un des plus redoutables est l’agitation des passions basées sur la stigmatisation identitaire.

A ce propos, le MRB déplore et condamne avec la dernière énergie les expéditions et bavures militaires qui sabotent la lutte de notre armée républicaine.

Le MRB condamne la stigmatisation, la marginalisation et l’instrumentalisation des communautés ethniques au Burkina Faso.

Mes Chers compatriotes,

N’oubliez jamais que la compétition pour le développement ne saurait se faire entre burkinabè, mais bien face aux autres nations dites puissances, face à nos partenaires habituels, déterminées à préserver leurs intérêts au détriment des nôtres. C’est pourquoi, le MRB s’est fermement engagé depuis sa création dans la lutte contre le tribalisme et toute autre forme de discrimination.

Autant je suis pour la libre expression des idées politiques, au besoin à travers des manifestations publiques, autant je m’insurge contre tout acte de vandalisme des édifices, des biens et des emblèmes nationaux de tous les pays où qu’ils se trouvent.

C’est l’occasion pour moi de condamner, à nouveau, la violation des représentations diplomatiques sur notre territoire. Nous chasserons les coopérants français de notre administration ; nous chasserons tous soldats français armés de notre territoire, mais, pas en vandalisant les édifices diplomatiques.

J’en appelle à tous les burkinabè de rester mobilisés pour la défense de leurs droits et libertés fondamentaux, et les exhorte à profiter de cette nouvelle année 2023 non pour des réjouissances dont le but est de les distraire, mais pour mener une réflexion profonde et méditative sur l’avenir de notre cher et beau pays.

Bonne année 2023 !

Que la Paix revienne dans notre beau pays, le Burkina Faso !

Que Dieu bénisse notre beau et unique pays !

La Patrie ou la mort, nous vaincrons !!!

Yéli Monique Kam

La Yennega de l’éducation

La Présidente du MRB

Articles similaires

Assemblée nationale : modification du code électoral

Ouaganews

Remaniement ministériel : Qui est Clarisse Merindol/Ouoba ?

Ouaganews

Burkina : vœux du président de l’UPC à l’occasion du nouvel an 2023

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.