OUAGANEWS
A la UneSociété

« J’ai été détenu et torturé à la gendarmerie et au Conseil » Mousbila Sankara

Mousbila Sankara et Fidèle Toé sont les deux témoins que le tribunal militaire a entendus ce mardi 30 novembre 2021, dans le cadre du procès Thomas Sankara et de ses 12 compagnons. Chacun est venu à la barre donné sa version des faits, afin d’éclairer sur ce coup d’Etat sanglant du 15 octobre 1987.

Ingénieur des télécommunications à la retraite, Mousbila Sankara a maintenant 77 ans. Témoin dans le procès Thomas Sankara, il a occupé la fonction de diplomate représentant le Burkina Faso en Libye du 17 mars 1983 au 26 novembre 1987.

Il dira au tribunal que le 15 octobre 1987,  il était à New-York, lorsqu’il a été informé de la situation au pays par l’ambassadeur du Burkina Faso aux Nations unies. Pour comprendre la situation, il dit avoir joint Blaise Compaoré au téléphone qui lui a dit de repartir à son poste en Libye et de l’aider à maintenir l’ordre.

«  Hyacinthe Kafando et Gilbert Diendéré ne s’aimaient pas et voulaient sans cesse prouver leur fidélité à Blaise Compaoré » Concernant le coup d’État, il affirme que Blaise Compaoré s’est fait prendre à son propre jeu, « il a fabriqué deux monstres, Hyacinthe Kafando et Gilbert Diendéré qui l’ont dévoré  ».

« Gilbert Diendéré n’a pas commandité le coup d’Etat, il l’a fait ». a déclaré le témoin Mousbila Sankara.

Il dit que c’est lorsqu’il a appris l’attaque de la BIA de Koudougou qu’il a décidé de démissionner et de rentrer au pays. A son retour, il sera arrêté, détenu et torturé à la gendarmerie et ensuite, au Conseil. On lui reprochait d’avoir soutenu Boukary Kaboré dit le Lion.

« J’ai fait 7ans en exil » Fidèle Toé

Fidèle Toé ministre du travail, de la fonction publique et de la sécurité sociale à l’époque des faits,  a surtout insisté sur la journée du 14 octobre 1987, car ce jour-là, il y a eu conseil des ministres. Et à ce conseil, selon Fidèle Toé, il y a eu un débat sur la création de la FIMATS. Et le président Sankara a essayé d’expliquer aux ministres l’importance de cette structure.

A la fin du conseil, lorsqu’ils s’apprêtaient à rentrer chez eux, Sankara les a retenus pour échanger avec eux sur la situation nationale, en les rassurant. Selon l’ancien ministre du travail, de la fonction publique et de la sécurité sociale, il devrait aller en mission au Cameroun sur insistance du président Sankara. Avant de partir, il a même pu échanger avec Sankara.

C’est juste avant de prendre son avion que le coup d’État a eu lieu. En ce moment, il venait à la présidence quand il dit avoir aperçu Boukary Lingani dans une voiture. Il l’a suivi, mais ce dernier a continué vers le Conseil de l’entente et lui, a tourné vers l’hôtel Indépendance pour rentrer chez lui. Et c’est en cours de route qu’il a reçu un coup de fil d’un ami qui lui a dit de ne pas rentrer chez lui. Et c’est cet ami qui est venu le chercher.

Il a passé quelques jours chez lui à Gounghin, avant d’aller chez un autre ami nigérian qui va l’aider à aller au Ghana. Il va passer deux ans là-bas, avant de rejoindre le Congo. « J’ai fait 7ans d’exil avant de revenir au pays » indiquera Fidèle Toé.

Moussa Wandaogo/Ouaganews

Articles similaires

COVID-19 : le Burkina Faso reçoit une importante aide du Maroc

Ouaganews

Burkina/Sécurité : naissance d’une nouvelle police secours à l’américaine

Ouaganews

Banque mondiale-Burkina : Aider à la mise en œuvre de la vision et des priorités

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.