OUAGANEWS
A la UnePolitique

Journée internationale de la démocratie : le CGD et ses partenaires cogitent sur le processus pour une stabilité démocratique au Burkina

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) et ses partenaires ont animéé une conférence-débat, sur le thème : « désinformation et démocratie », ce vendredi 15 septembre 2023, à Ouagadougou, à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie.

Dans un contexte où le Burkina traverse une crise sécuritaire et avec ses coups d’Etat à répétition, la commémoration d’une telle journée est vu comme un canal par lequel il est nécessaire de réexaminer le contexte démocratique du pays.

A travers le thème : « désinformation et démocratie », la responsabilité et l’engagement de tous sont interpellés, afin d’assurer la stabilité des institutions.

« La Journée internationale démocratique nous donne aujourd’hui, l’opportunité de réfléchir sur le processus démocratique au Burkina Faso. Nous avons donc, réuni l’ensemble des acteurs qui sont concernés par la thématique pour discuter des enjeux de ce processus. Cela permettra de tirer les leçons et les enseignements et de voir dans quelle perspective ce retour à l’ordre constitutionnel qui est demandé par tous puisse se faire, avec surtout des idées qui viennent des Burkinabè. », a indiqué Kevin Adomayakpor, directeur-résident du NDI.

Les panélistes constitués de personnes  de ressources que sont le Dr Régis  Dimitri Balima, Moussa Sawadogo, Idriss Ouédraogo, Alkassoum Maïga et bien d’autres ont tenu en haleine les participants, à travers l’exposé de leur différent sous-thème.

Ainsi, dans ce contexte de crise socio-sécuritaire que traverse le Burkina, la désinformation prend une place importante. Le Dr Régis Dimitri Balima avec son exposé sur : « les principales trames de la désinformation au Burkina Faso, l’état des lieux et son envergure », a expliqué que lorsqu’un pays est en période de crise, généralement cela favorise la désinformation.

« Dans ce cas précis, il y a beaucoup de rumeurs, beaucoup d’attaques entre les différents acteurs qui cherchent à se positionner. Ainsi, tout ceci constitue un moyen de balancer la désinformation pour décrédibiliser ses adversaires, les actions du pouvoir, les actions de la société civile, tout ce qui peut sembler dangereux. Il n’y a pas seulement qu’au niveau politique, même au niveau de la santé, on a des désinformations. C’était le cas lors des vaccins contre la pandémie du coronavirus. », a t-il expliqué.

Participants et panélistes ont, au cours de ce débat, relevé de nouvelles pistes qui pourront servir aux organisateurs de cette journée de proposer aux gouvernants de réfléchir sur le thème pour l’atteinte d’une stabilité démocratique au Burkina.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

Non-extradition de François Compaoré : les personnes qui seront citées et qui auront comparu pourront être jugées et celles qui ne répondront pas à la convocation de la Justice le seront par défaut (Gouvernement)

Ouaganews

Burkina/Drame de Karma : le Mali présente ses condoléances et condamne les propos de Umaro Sissoco Embalo

Ouaganews

Burkina : le prix du pain maintenu à 150 F CFA

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.