OUAGANEWS
A la UneLittérature

« Les sept qualités essentielles du leader administratif » : la contribution de Dr Poussi Sawadogo

« Quelles bonnes pratiques aux cadres de l’administration confrontés au défi de l’excellence » ? Docteur Poussi Sawadogo (historien, diplomate, communicateur, coach professionnel et formateur-animateur de changement) aborde la question, à travers un ouvrage paru en juin 2020 aux Editions du CRYSPAD (avec le soutien du FONER) et intitulé « Les sept qualités essentielles du leader administratif ».

D’une quarantaine de pages, l’ouvrage que Docteur Poussi Sawadogo vient de mettre sur le marché du livre est intitulé « Les sept qualités essentielles du leader administratif ». Il est structuré en deux grandes parties : « les principes fondamentaux de la gouvernance administrative » et « Les sept qualités essentielles du leader administratif ». Selon son auteur, l’ouvrage se veut être « un guide à l’usage des agents administratifs ».

Les fondamentaux de la gouvernance administrative

Dans la première partie de l’œuvre, Dr Poussi Sawadogo met l’accent sur les préalables utiles, voire indispensables à tout leader administratif qui entend se vouer, corps et âme, à servir les usagers des services de l’Etat. Ces préalables se déclinent en une dizaine de principes fondamentaux devant gouverner l’action administrative, aux fins d’une meilleure gestion de la chose publique, selon les exigences de la loi et la rigueur des procédures établies.

Ainsi, pour gérer, de manière efficace et efficiente les services publics, le leader administratif, tiraillé entre des contraintes budgétaires qui limitent ses actions et ses initiatives, et la gestion des humeurs de collaborateurs dont il n’a pas toujours le choix de la désignation, doit s’imposer un style de gouvernance adapté au contexte et aux situations. Par conséquent, s’il veut réussir ses missions, il doit savoir se mouler dans « un nouveau management qui postule la prise en compte des aspirations des travailleurs et l’obligation de résultats répondant aux attentes des usagers ». Il s’agira donc pour lui leader administratif, de ne plus se complaire seulement « d’édicter ou de relayer des directives et d’appliquer mécaniquement des procédures », mais aussi et surtout « d’innover, d’anticiper, de planifier, d’animer et de promouvoir le changement par un management sensible à la collaboration et à la délégation ».

Pour ce faire, et en acteur « interpersonnel, informationnel et décisionnel », le leader administratif se doit d’être « un manager qui prévoit, organise, commande, coordonne et contrôle » pour atteindre des objectifs. Il s’agit donc pour lui, de descendre de son piédestal de patron et de prestige, pour jouer le rôle (selon les termes du « Prix de l’excellence » – 1982, un ouvrage de Peter et Waterman) d’écouteur actif des usagers des services publics, de dépositaire d’initiatives, de concentré de valeurs humaines et qualités professionnelles, de motivateur et de stimulateur des agents à plus de productivité, de souplesse dans la rigueur tout en ne cédant pas à la faiblesse, etc.

C’est donc dire que « la prise de décision démocratique, l’engagement des citoyens et des parties prenantes, le traitement juste et honnête des citoyens, la transparence, la responsabilité et la responsabilisation, la prise en compte du genre, le respect de la diversité », doivent être des repères auxquels le leader administratif doit se soumettre.

Les qualités indispensables au leader administratif

Pour avoir une administration efficace et efficiente, il est indispensable d’avoir des leaders et des agents administratifs de qualité, ayant le souci de l’excellence. Chacun, à son niveau de grade, de poste et de responsabilité, doit se forger donc une ligne de conduite et s’efforcer de faire siennes « les qualités de leadership pour se guider lui-même et accompagner les autres, les collaborateurs et les usagers » pour servir avec dignité et élégance. Au nombre des valeurs utiles à cultiver chez l’agent administratif, leader ou pas, Dr Poussi Sawadogo, dans son  ouvrage, s’est focalisé sur sept qualités essentielles, à même de l’amener à « changer sa vie et à impacter son environnement pour un monde meilleur ».

Par ordre alphabétique, l’auteur de l’ouvrage cite : « la discipline, l’engagement, l’enthousiasme, la foi, la gratitude, la relation et la responsabilité ». Mais pourquoi le choix de ces qualités plutôt que d’autres ? Dr Poussi Sawadogo, du haut de son expérience d’une année de service au Secrétariat général du gouvernement et du Conseil des ministres (SGG-CM), se justifie : « Rien de grand ne peut se réaliser sans discipline, discipline dans l’organisation du temps et du travail. Et l’un des principes du succès est l’ordre… Le respect de son engagement de servir l’Etat moyennant salaire et le respect de ses engagements, en termes de la parole donnée, doivent être persévérants chez tout agent administratif. S’engager, c’est faire son devoir et se soumettre à ses obligations avec enthousiasme, un enthousiasme fécondé par l’amour et le plaisir du travail bien accompli…

Quand la passion de l’enthousiasme anime un agent administratif, il devient un véritable aimant et les autres sont inévitablement attirés par son niveau d’énergie. Ils souhaitent travailler en sa compagnie et le soutenir dans ses rêves et dans ses buts… La foi est cette force qui permet d’obtenir l’impossible. Etant entendu que la conviction d’être utile aux autres est le fondement de l’action administrative…

Afin de renforcer cette foi de l’agent administratif, l’administration doit faire preuve de reconnaissance, de gratitude à son endroit… En célébrant les mérites de l’agent, il gagne en assurance et est capable de montrer sa loyauté vis-à-vis de son supérieur et de sa nation… Dans la gouvernance administrative, il convient également de cultiver de bonnes relations de travail, avec esprit d’humilité, de tolérance et d’empathie… Bref, le management relationnel est une responsabilité primordiale de l’agent administratif, qui reste responsable de ses actes… Comme le dit Saint-Exupéry, ‘’être homme, c’est être responsable’’… ».

En somme, pour servir efficacement les autres, l’outil d’action que constitue l’administration doit être animé par des acteurs de qualité. En ce sens, « le leader administratif doit être un acteur de progrès qui œuvre à l’accroissement des capacités d’organisation et de production de services publics accessibles et de qualité qui répondent aux besoins des usagers ».

Sita TARBAGDO (collaborateur)

Articles similaires

11-Décembre 2021 à Ziniaré : Ourgou-Manéga accueille le flambeau dans la liesse

Ouaganews

Attaque de Solhan : les terroristes sont bel et bien revenus sur les lieux (Issoufou Sow, 1er adjoint au maire)

Ouaganews

Burkina/Mine de Perkoa : les corps de 4 mineurs retrouvés sans vie (Gouvernement)

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.