OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Nigéria : les mille et un défis de Bola Ahmed Tinubu

En dépit des nombreuses irrégularités qui ont entaché la présidentielle du 25 février 2023, la Commission électorale nationale (INEC) a annoncé la victoire de Asiwaju Bola Ahmed Tinubu, le candidat du Congrès des progressistes (APC) à la présidentielle nigériane. Il succède à Muhammadu Buhari qui dirigeait le pays, depuis 2015.

Ce dernier a obtenu 36,61 % des voix, soit plus de 9 millions de suffrages, dans au moins deux tiers des 36 États de la fédération et dans la capitale Abuja. « J’appelle mes concurrents à faire équipe ensemble. C’est la seule nation que nous ayons. C’est un pays que nous devons construire ensemble, en recoller les morceaux brisés.

Nous devons travailler dans l’unité », a déclaré le vainqueur, à l’annonce de sa victoire. Quoi de plus normal que de tenir un discours rassembleur dans un pays où les lendemains d’élections ont toujours été émaillés de violences. Ses propos sonnent à propos, d’autant plus que ses deux principaux rivaux Atiku Abubakar du PDP qui a obtenu 6,9 millions de voix et Peter Obi du Parti travailliste (LP), 6,1 millions de voix, ont appelé à l’annulation du scrutin, à cause, selon eux, de fraudes et de manipulations des chiffres.

Il faut bien plus que des mots pour que le Nigéria ne sombre pas dans une crise postélectorale aux conséquences désastreuses.  Connu pour être un vieux routier de la scène publique nigériane, l’ex-gouverneur de la province de Lagos devra poser des actes qui participent à contenir la colère des perdants et leurs partisans.

Dans un pays qui affronte à la fois des défis sécuritaire, monétaire, énergétique et des inégalités sociales, il faudra s’inscrire dans une dynamique de poser les jalons de solutions pérennes. Le cinquième président du Nigéria, connu pour être un faiseur de rois, devra user de son entregent pour étouffer toute velléité de contestation de sa victoire. C’est à ce prix qu’il pourra déployer son projet de société pour lequel 9 millions des électeurs sur 25 millions l’ont préféré aux autres.

A la crise sécuritaire exacerbée par les groupes armés terroristes qu’affronte le pays, depuis plus d’une décennie, il s’agira d’apporter une thérapie de choc pour ramener la quiétude dans les zones où règne l’insécurité. Le péril sécuritaire a engendré des déplacements massifs de populations fuyant la violence terroriste. Il va falloir rassurer ces centaines de milliers de déplacés internes quant à leur retour dans leurs localités respectives.

La crise monétaire marquée par une absence de liquidité qui a quelque peu brouillé la campagne électorale, a porté un coup dur à l’économie nigériane. Dans les prochains jours, une solution doit être trouvée pour endiguer ce phénomène dans un pays miné par une corruption endémique. Grande puissance économique en Afrique avec ses 220 millions d’habitants, le Nigéria traîne la réputation d’être un géant aux pieds d’argile.

Ces dernières années, les coupures d’électricité se sont accentuées avec une acuité indicible qui a plombé l’économie dans tous ses compartiments. Des mesures énergiques devront être aussi envisagées pour mettre fin à cette crise énergétique indigne d’un pays producteur de pétrole.

Toutes ces crises avec leurs effets pervers conjugués ont créé de profondes disparités sociales au sein de la société nigériane. Pendant qu’une minorité se vautre dans une opulence insultante, la grande majorité des Nigérians croupit dans une misère insoupçonnable. Cette situation est indigne d’une puissance économique comme le Nigéria. Il sied donc de s’attaquer à cette paupérisation inquiétante qui couve de grandes crises.

C’est dire que le chantier qui attend le septuagénaire Asiwaju Bola Ahmed Tinubu est si immense à la dimension du grand Nigéria. Une chose a été d’avoir conquis le pouvoir, il reste maintenant à prouver de quoi il est capable.

Le tout nouveau président du Nigéria a l’obligation, s’il veut bien surmonter tous les défis qui se présentent à lui, de s’émanciper de l’emprise des chapelles politiques et des pouvoirs économiques pour privilégier les intérêts de tout le peuple nigérian. Le chantier est certes, immense, mais avec une bonne dose de pugnacité et de bonne volonté, Ahmed Tinubu pourrait inaugurer une nouvelle ère pour le Nigéria.

Ahmadou Bayala/OuagaNews

Articles similaires

Plateforme PMA : les hommes de médias s’imprègnent des données sur la planification familiale

Ouaganews

Présidentielle et législatives 2020 : la région du Nord mobilisée pour Roch Kaboré

Ouaganews

Chine-Burkina : les deux pays passent en revue leurs dossiers bilatéraux après 3 ans de rétablissement des relations

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.