OUAGANEWS
A la Une Politique

Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré échange avec les victimes des évènements politiques

Le ministre d’État, ministre auprès du président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a échangé, ce jeudi 25 mars 2021, à Ouagadougou, avec les ayants-droit et les blessés des évènements politiques au Burkina Faso.

Zéphirin Diabré s’active à une réconciliation véritable au Burkina Faso. Pour ce faire, il a échangé à bâtons rompus, ce jeudi 25 mars 2021, à Ouagadougou, avec les ayants-droit et les blessés des évènements politiques au Burkina Faso.

Il s’agit là, d’un échange qui a permis au ministre d’État, Zéphirin Diabré, de recueillir les préoccupations réelles des ayants-droit et des blessés de l’insurrection populaire, du putsh manqué de 2015 et de tout autre évènement politique au Burkina Faso. Zéphirin Diabré, à l’entame de la rencontre, a expliqué à ses invités sa mission, en tant que ministre chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale.

Le ministre d’État, ministre auprès du président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, échange avec les ayants-droit et blessés des évènements politiques au Burkina Faso.

A l’entendre, « il est chargé de l’élaboration, de la mise en œuvre et du suivi d’une stratégie nationale de réconciliation, de concert avec tous les acteurs, de la conception et de l’élaboration d’une stratégie nationale de cohésion sociale et de la supervision de la mise en œuvre du plan d’action y relatif, de la formulation de la mise en œuvre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent, entre autres ». Pour aller à la réconciliation nationale, a-t-il poursuivi, il faut écouter les victimes des crimes de  sang des évènements politiques. Il a donc, invité les ayants-droit et les blessés de ces évènements à poser leurs préoccupations.

Pour Prosper Zagré, une des victimes des évènements politiques au Burkina Faso, on ne peut pas discuter de réconciliation nationale, en étant toujours en colère. Il a donc souhaité que les victimes soient dédommagées d’abord. « Cela pourra permettre à ceux qui sont toujours en vie d’apaiser leur cœur, avant de discuter de réconciliation nationale », a-t-il soutenu. Et de souligner que l’élément fondamental de la réconciliation est la justice.

Selon une autre victime, Sia Paul, les blessés et ayants-droit des victimes des évènements politiques souffrent. Pour lui, l’État doit voir comment il peut venir en aide à toutes ces personnes.

Le président de l’association des blessés du coup d’Etat, Lompo Christophe, pour sa part, a indiqué que pour aller à une réconciliation véritable, il faut, dans la démarche, faire en sorte que les victimes s’y sentent impliquées et que les bourreaux assument les actes posés et demandent pardon.

Le ministre d’État, ministre auprès du président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a rassuré les victimes des évènements politiques de transmettre leurs préoccupations au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, afin qu’une solution soit trouvée.

Lasso SAMA

Articles similaires

Burkina COVID -19 » : les situations nationales et internationales débloquées

Ouaganews

9 morts sur le site d’or de Djikando : fermeture du site jusqu’à nouvel ordre

Ouaganews

Présidentielle 2020 : le MPP démontre sa force de mobilisation à Fada N’Gourma

Ouaganews

Laisser un commentaire