OUAGANEWS
Santé A la Une

Santé de la mère et de l’enfant : les hommes des médias prennent connaissance du dossier d’investissement

SOS jeunesse et défis (SOS JD) et le Réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT) se sont entretenus,  le vendredi 28 août 2020, à Ouagadougou, avec les journalistes, sur le dossier d’investissement et le mécanisme mondial de financement au Burkina Faso.

Des organisations de la société civile  veulent susciter l’engouement autour du dossier d’investissement. Dans cette optique, SOS jeunesse et défis (SOS JD) et le Réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT) ont échangé, le vendredi 28 août 2020, à Ouagadougou, avec les hommes des médias. Les échanges ont porté sur le dossier d’investissement et le mécanisme mondial de financement au Burkina Faso. En effet, selon le secrétaire technique à la coopération pour le développement sanitaire, Nadine Tamboura, le dossier d’investissement fait le point de la situation sanitaire de la mère et de l’enfant au Burkina Faso.

Elle a indiqué que ce dossier fait également, le point des goulots d’étranglement et des solutions qu’il faut apporter. «Le dossier d’investissement identifie aussi, les priorités et apporte un élément financier. Il permet de dire que si l’on met tant de francs dans ce domaine, on aura tant de vies sauvées », a-t-elle expliqué. Pour la mise en œuvre du dossier d’investissement, un mécanisme de financement est mis en place. En effet, Nadine Tamboura a précisé que ce mécanisme de financement est Global financing facility (GFF). A l’en croire, le GFF est basé sur le renforcement de l’impact des interventions dans le domaine de la santé de la mère, de l’enfant, du nouveau-né, de l’adolescent et de la nutrition.

Pour bien cerner le dossier d’investissement, les journalistes ont reçu une communication. L’agent de la Direction du partenariat pour le financement de la santé, Sami Palm, a précisé que le dossier d’investissement est un document élaboré, de façon participative, par le Ministère de la santé avec l’appui de la Banque mondiale, à travers le mécanisme GFF. Le GFF, a poursuivi Sami Palm, permet de mettre en commun les ressources. A cet effet, il relève que le coût global du projet est de 100 millions de dollars.

Le directeur exécutif de SOS jeunesse et défis, Harouna Ouédraogo a, pour sa part, indiqué que le rôle de SOS jeunesse et défis est de travailler à renforcer la participation des organisations de la société civile à ce projet. «C’est pourquoi depuis 2018, nous avons mobilisé la société civile à participer largement aux activités entrant dans le cadre de l’élaboration du dossier d’investissement », a-t-il souligné. Après validation, a notifié Harouna Ouédraogo, nous sommes en train de travailler en tandem avec le RESONUT pour diffuser davantage le dossier d’investissement, afin de susciter l’engouement autour de ce dossier. Il a donc, invité les journalistes à vulgariser le projet, afin de faciliter sa mise en œuvre.

Lasso SAMA

Articles similaires

Sensibilisation à l’engagement citoyen : les femmes du SGGCM pour la construction de la démocratie et le respect du genre

Ouaganews

Double explosion au port de Beyrouth : un hôpital militaire de campagne marocain pour secourir les victimes

Ouaganews

Le CSC face aux médias : 90 jours sans couverture médiatique des campagnes électorales déguisées

Ouaganews

Laisser un commentaire