OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Terrorisme au Sahel : miser sur les solutions endogènes (Damiba à l’ONU)

A la 77e session de l’Assemblée générale de l’ONU dont le thème était « Une nouvelle ère : des solutions porteuses de changement pour relever des défis interdépendants », le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, dans son intervention, a appelé la communauté internationale à se préoccuper du terrorisme au Sahel.

« Ce qui se passe aujourd’hui au Sahel, de par ses effets transfrontaliers, est un problème qui met en jeu la paix et la sécurité internationales. Dès lors, il est impératif que la communauté internationale s’en préoccupe et s’en saisisse davantage.

Les efforts déployés jusque-là, sont certes salutaires, mais restent en-deçà des attentes, au regard de la réalité du terrain », a-t-il déclaré. En effet, le chef de l’Etat invite à une solidarité agissante des grandes puissances à l’endroit des pays du Sahel comme le Burkina, le Mali et le Niger confrontés au diktat des groupes terroristes depuis quelques années.

Dans cette guerre imposée au Sahel, il est important que les autres pays apportent leur appui aux pays enlisés dans cette crise sécuritaire. Toutefois, il serait illusoire de croire que cette solidarité attendue des grandes puissances va s’exprimer le plus naturellement du monde. Même si c’était le cas, cela ne saurait aider à exorciser la région de l’hydre terroriste, une bonne fois pour toutes.

Seules les initiatives endogènes peuvent être la véritable panacée contre ce fléau qui plombe le développement et déstabilise les Etats. Comme l’a reconnu le chef de l’Etat, les efforts consentis jusque-là, n’ont pas encore produit les effets escomptés.

C’est dire qu’il appartient aux pays du Sahel de redoubler d’effort face au malheur qui les étreint au lieu d’attendre une aide hypothétique qui mettra du temps à se manifester. Nos Etats sont assez organisés pour mieux répondre aux défis auxquels ils font face. Il suffit d’appréhender la réalité sans complaisance et d’afficher une volonté réelle de faire bouger les lignes.

Au-delà des initiatives internes que chaque pays déploie pour contrer la folie meurtrière des terroristes, il y a lieu aussi que les Etats renforcent leur coopération en mutualisant leurs efforts. Les terroristes qui sèment le chaos au Sahel sont pour la plupart des ressortissants de ce même espace.

Ce qui veut dire que le remède du mal peut être trouvé par nous-mêmes. Sans dénier l’apport d’un pays tiers face à cette épreuve, le maître-mot revient à nos dirigeants de prendre à bras-le-corps le problème et de se donner les moyens de le résoudre. Tout est une question de volonté.

Des pays, à travers le monde, ont été éprouvés par le terrorisme, mais grâce à l’ingéniosité de leurs dirigeants, conjuguée à l’effort populaire, ont réussi à le vaincre. Il nous faut impérativement, nous investir avec responsabilité et patriotisme en misant sur nos propres forces. La guerre en Ukraine est venue nous rappeler une fois de plus que la solidarité des grands est à géométrie variable.

Ahmadou Bayala/Ouaganews

Articles similaires

Appui aux PME au Burkina : l’AGF accorde 2,5 milliards de francs CFA à SGBF

Ouaganews

Burkina : l’attaque terroriste de la mine d’or de Riverstone fait 2 morts

Ouaganews

COVID-19 : L’ONG Pathfinder et ASS font parler leur cœur

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.