OUAGANEWS
A la Une Santé

18e Journée internationale « Tolérance zéro aux MGF » : baisse du taux de prévalence au Burkina

« Aucune excuse pour l’inaction mondiale : unissons-nous, finançons et agissons pour mettre fin aux mutilations génitales féminines ». C’est sur ce thème que  le Burkina Faso a commémoré ce jeudi 25 mars 2021, en différé, la 18e Journée internationale « Tolérance zéro aux Mutilations génitales féminines  (MGF) ». La cérémonie qui s’est tenue à Ouagadougou, a été placée sous le Très haut patronage du Président du Faso, Roch Marc Kaboré, représenté par le Premier ministre, Christophe Dabiré.

C’est une salle pleine à craquer de femmes et d’autorités venues de tous les horizons du Burkina pour commémorer la 18e  édition de la Journée internationale « Tolérance Zéro aux MGF » au Burkina Faso que s’est tenue la cérémonie, dans un contexte marqué par des défis, tant au niveau sanitaire que sécuritaire avec leurs corolaires de maux.

Les partenaires intervenant dans le domaine des MGF ont à cet effet, réaffirmé leur volonté d’accompagner le ministère en charge de la femme qui, malgré les différentes difficultés rencontrées sur le terrain, travaille à préserver l’intégrité de la femme.   La représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Sandra Lattouf a, au nom des partenaires techniques et financiers, salué le leadership du Burkina Faso qui a permis, le 17 juillet 2020, l’adoption de la résolution intitulée  « Prévention, riposte globale et multisectorialité des MGF », par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies

Selon la ministre en charge de la femme,  les résultats engrangés, après trente ans de lutte, donnent un motif de satisfaction.

En effet, elle a énuméré quatre  plans quinquennaux de lutte contre la pratique de l’excision, dont le dernier est le Plan stratégique national pour la promotion de l’élimination des MGF 2016-2020, élaborés et mis en œuvre, traduisant ainsi, la ferme volonté des hautes autorités  à apporter une réponse efficace au phénomène.

 Le Premier ministre, Christophe Dabiré a représenté Roch Kaboré à cette cérémonie

 

A en croire la ministre Marchal Ilboudo, la mise en œuvre de ces plans, sous la houlette du Ministère de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, a produit des résultats probants. En témoigne la baisse significative du taux de prévalence qui est passé de 75,8%, pour les femmes âgées de 15 à 49 ans et de 13,3% pour la tranche de 0-14 ans, selon l’Enquête démographique et de santé de 2010, à respectivement 67,6% et 11,3%, selon l’Enquête multisectorielle continue de 2015.

Pour la ministre, cet engagement au sommet de l’Etat et les résultats auxquels le pays est parvenu lui ont valu d’être reconnu comme pays leader en matière de lutte pour l’élimination des MGF, dans le concert des nations. La reconnaissance par la communauté internationale des efforts du Burkina Faso et l’estime des autres chefs d’Etat africains ont été matérialisées par le sacre du président Roch Marc Christian Kaboré, champion de l’Union africaine dans l’élimination des mutilations génitales féminines, en février 2019.

« J’invite particulièrement, la jeune génération à accompagner davantage le champion de l’Union africaine et le gouvernement burkinabè dans leurs actions, afin de bouter à jamais la pratique des MGF hors du Burkina Faso, de l’Afrique et du monde entier. Aucune excuse ne devrait donc, justifier l’inaction des acteurs dans notre pays », a déclaré la ministre

Le représentant du patron de la cérémonie, le Premier ministre, Christophe Dabiré, a saisi l’occasion pour témoigner sa reconnaissance  et ses encouragements à tous les acteurs qui luttent  jour et nuit, contre les MGF. « J’invite les acteurs de la lutte et les partenaires techniques et financiers à s’engager et à soutenir activement les actions de promotion de l’élimination des MGF au Burkina Faso », a-t-il plaidé.

Théophile P. KABORE

Ouaganews.net

Articles similaires

Burkina/Enquête ONDD : l’activité domestique doit être valorisée

Ouaganews

Burkina : Liste des 166 personnes naturalisées burkinabè

Ouaganews

Nouveau gouvernement : ce qu’en pensent des Ouagalais

Ouaganews

Laisser un commentaire