OUAGANEWS
A la UneSyndicats

Burkina/Coup d’Etat : les exigences de l’Union d’action syndicale au capitaine Ibrahim Traoré

Ceci est une déclaration de l’Unité d’action syndicale (UAS) sur le coup d’Etat du 30 septembre 2022 perpétré par le capitaine Ibrahim Traoré.

Dans la nuit du 29 au 30 septembre 2022, les populations de Ouagadougou ont une fois de plus, été surprises par des tirs d’armes lourdes et légères. Plus tard, précisément en fin de soirée du vendredi 30 septembre, une déclaration lue à la télévision nationale par de jeunes officiers dirigés par le capitaine lbrahim Traoré annonce la destitution du président Paul Henri Sandaogo Damiba de la présidence du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) et de la présidence du Faso.

Tout comme en janvier 2022, les auteurs du nouveau coup d’Etat, membres eux aussi du MPSR de Damiba, justifient leur acte par l’échec dans la lutte contre le terrorisme de leur prédécesseur, son incompétence, la déviation de leurs objectifs initiaux et la persistance de la corruption.

L’Unité d’action syndicale (UAS) est par principe, contre les coups d’Etat.

Du reste, cet énième coup d’Etat est le résultat de la déliquescence de l’armée nationale constituée aujourd’hui, de clans préoccupés par les affaires et la gestion du pouvoir. Fort du constat des nombreuses interventions intempestives de l’armée dans la vie politique nationale, l’UAS estime que celle-ci doit retourner urgemment dans les casernes et s’en tenir à son rôle régalien de défense du territoire national, en un mot, être une armée républicaine.

Le coup d’Etat du 30 septembre 2022, avec l’annonce d’une implication de la France pour soutenir le président déchu, a bénéficié d’un soutien populaire. L’UAS salue au passage l’expression claire du sentiment anti-impérialiste de notre peuple, en particulier de sa jeunesse. Cependant, sur cette question de la domination impérialiste, elle estime qu’il ne s’agit pas de quitter un giron impérialiste donné pour se mettre sous la coupe d’un autre

impérialisme. Cela dit, ce qui importe pour nous, c’est la diversification des partenariats, dans le respect de la souveraineté nationale.

L’UAS constate que les déclarations du capitaine Ibrahim Traoré parlant «d’aventures politiques malheureuses, de dégradation continue de la situation sécuritaire », de «restauration au forceps d’un ordre ancien », confirment amplement ses analyses sur la gouvernance du MPSR sous le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba. II vous souviendra que ce dernier, en lieu et place du bilan de son action qu’il avait promis pour le 4 septembre 2022, s’était livré à des injures proférées contre le peuple burkinabè.

Fidèle à sa mission de veille citoyenne et de défense des intérêts des travailleurs, l’UAS exige :

– le rétablissement de la constitution ;

– la reprise des localités occupées par les terroristes et le retour des personnes

déplacées internes dans leurs localités d’origine ;

– le ravitaillement urgent des localités comme Djibo ;

– le respect des libertés individuelles et collectives ;

– l’examen des préoccupations soumises par l’UAS, le 1er mai et le 26 septembre 2022

– la publication du rapport sur l’attaque d’Inata ;

– la mise en place d’une commission indépendante pour faire la lumière sur l’attaque de Gaskindé ;

– la prise en charge des victimes de l’attaque de Gaskindé ;

– la prise de mesures efficaces contre la vie chère ;

– la prise de mesures concrètes contre les crimes économiques ;

– la dénonciation des accords léonins de coopération militaire et économique qui lient notre pays à la France. Notre pays doit être libre de coopérer avec les pays de son choix ;

– le départ des bases et troupes étrangères, notamment française du territoire national.

Elle appelle ses militants :

– à suivre l’évolution de la situation avec toute l’attention requise ;

– à renforcer leurs organisations et à se tenir prêts pour la défense de l’intégrité de notre territoire, des intérêts matériels et moraux des travailleurs et pour le maintien et l’élargissement des libertés.

Ouagodougou, le 3 octobre 2022

 Pour les Secrétaires généraux :

 Ont signé :

 Le Président de mois des centrales syndicales

Le Président de mois des syndicats autonomes

 El Hadj Inoussa Nana

Secrétaire général / FO-UNS

 Alain Somé

Secrétaire général /SYNTRAPOST

Articles similaires

Mort d’Abdelmalek Droukdel : un signal fort dans la lutte contre le terrorisme au Sahel

Ouaganews

Burkina : naissance d’un mouvement pour promouvoir les idéaux de feu Salifou Diallo

Ouaganews

Lutte contre le terrorisme et la COVID-19 : la Fondation Kimi y contribue pour 200 millions FCFA

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.