OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina : hausse de l’IHPC de 2,0% à fin juin 2022

Selon l’Institut national de statistique et de la démographie (INSD), l’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) de juin 2022 a augmenté de 2,0% par rapport au mois passé. Comparé au mois de juin 2021, il a augmenté de 17,8%. La hausse du niveau général des prix a été impactée par la hausse des prix des fonctions « produits alimentaires et boissons non alcoolisés », « articles d’habillement et chaussures », « transports » et « restaurants et hôtels » en dépit de la baisse des prix de la fonction « boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants ». Les autres fonctions de consommations sont restées quasi-stables.

La hausse prix dans la fonction « produits alimentaires et boissons non alcoolisés » a été influencée par celle des prix des céréales non transformées, des farines, des pains, des agrumes, des huiles, des légumes frais ou en feuilles malgré la chute des prix de la viande de mouton ou de chèvre, des charcuteries et conserves.

Le renchérissement du prix des tissus d’habillement, des sous-vêtements femmes et hommes, des vêtements enfants et nourrissons est responsable de la hausse des prix de la fonction « articles d’habillement et chaussures ». L’augmentation du prix de la fonction « transport » est principalement liée à la hausse des prix des prix de ticket de transport et du carburant. Pour la hausse du prix de la fonction « restaurants et les hôtels », elle est liée à l’augmentation des prix des repas pris hors ménages.

La baisse des prix de la fonction « boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants » est induite par la chute des prix de la bière locale (dolo) en dépit de la hausse des prix des tabacs et stupéfiants ainsi que des vins.

Selon l’INSD, l’analyse de la hausse du niveau de prix selon la volatilité des produits indique que ce sont les produits frais, l’énergie ainsi que les produits « hors énergie et produits frais » qui ont contribué à la hausse des prix par la montée de leurs prix. Selon la provenance des produits, l’augmentation est imputable aux produits locaux. Selon la durabilité, ce sont les produits non durables qui ont impacté la tendance haussière du niveau général des prix. Selon le secteur de production, les produits des secteurs primaire et secondaire ont essentiellement impacté la hausse du niveau général des prix.

L’indicateur de convergence de l’UEMOA pour le mois de juin 2022 est de 8,99% contre 3,24% l’année passée à la même période.

Moussa Wandaogo/Ouaganews

Articles similaires

Maintien des sanctions de la CEDEAO contre le Mali : il faut impérativement trouver un compromis

Ouaganews

Burkina Faso : L’acte fondamental du MPSR

Ouaganews

CENI /Audit du fichier électoral : un fichier dans l’ensemble acceptable

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.