OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina: hausse de l’IHPC de 3,0% à fin avril 2022

Selon l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), l’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) du mois d’avril 2022 a augmenté de 3,0% par rapport au mois passé. Comparé au mois d’avril de l’année passée, il a augmenté de 15,1%. L’IHPC mesure  l’évolution moyenne mensuelle des prix des biens et services consommés par les ménages burkinabè, permettant ainsi de mesurer l’inflation.

La hausse du niveau général des prix en avril 2022, est principalement liée à la hausse des prix de la fonction 1 (produits alimentaires et boissons non alcoolisées), de la fonction 2 (boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants), de la fonction 3 (logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles) et de la fonction 4 (restaurants et hôtels). L’évolution des autres fonctions est restée quasi stable par rapport au mois de mars.

Au niveau de la fonction 1, c’est le renchérissement des céréales non-transformées, des farines, semoules et grumeaux, de la volaille, des fruits frais, des légumes frais ou racines, des tubercules et de la banane plantain qui est à la base de la hausse des prix.

L’envolée des prix de la bière locale « dolo », du tabac local à chiquer et de celle de la noix de cola importée de la Côte d’Ivoire et du Ghana constituent les seules raisons de la flambée des prix au niveau de la fonction 2.

S’agissant de l’augmentation des prix de la fonction 3, elle est induite essentiellement par la montée des prix du bois et du charbon.

Au niveau de la fonction 4, c’est l’élévation non-négligeable des prix des repas dans les restaurants, cafés et établissements similaires qui est la principale raison de l’augmentation des prix.

Selon l’INSD, l’analyse de la hausse du niveau de prix, selon la volatilité des produits, indique que ce sont les produits frais, l’énergie, ainsi que les produits « hors énergie et produits frais » qui ont contribué à la hausse des prix par la montée de leurs prix. Selon la provenance des produits, l’augmentation du niveau général des prix à la consommation, est aussi imputable aux produits locaux que ceux venant de l’extérieur. Selon la durabilité, ce sont les produits non-durables qui ont impacté la tendance haussière du niveau général des prix. Selon le secteur de production, les produits des secteurs primaire et secondaire ont essentiellement impacté la hausse du niveau général des prix.

L’indicateur de convergence de l’UEMOA pour le mois d’avril 2022, est de 6,7% contre 3,03% en avril 2021.

Moussa Wandaogo /OuagaNews

Articles similaires

FESPACO 2023 : 170 sur 1200 films retenus pour la sélection officielle

Ouaganews

Législatives 2020 : l’ATD veut apporter sa pierre à la construction de la nation

Ouaganews

Classement CPIA 2020 de la Banque mondiale : le Burkina classé 9ème en Afrique subsaharienne

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.