OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina : le CEGECI innove avec son modèle de développement urbain dénommé cité de la Renaissance

Le Centre de gestion des cités (CEGECI) a organisé ce vendredi 5 juillet 2024, à Bassinko, dans l’arrondissement n° 8 de Ouagadougou, la cérémonie officielle de lancement du projet de la cité de la Renaissance, sous le patronage du ministre en charge de l’urbanisme, Mikaïlou Sidibé.

Face à la montée fulgurante démographique et à la forte demande de logement, le CEGECI a adopté une politique qui s’appuie sur la réalisation de logements en hauteur, afin d’éviter l’étalement urbain. Et c’est dans cette optique, qu’il a créé un vaste programme de construction de logements pour répondre à ce problème.

Dans ce programme de construction, seront construits plus de 800 logements sociaux (des immeubles R+1, R+2, R+3, R+4, R+5 et des logements économiques F2, F3, F4).

En effet, la cité sera bâtie sur une superficie de 75 hectares. Les coûts de cession sont variables selon le type de logement. Pour les villas de type F2, le coût est de plus de 14 millions F CFA, pour plus de 18 millions F CFA pour les F3 et plus de 28 millions de F CFA pour les F5.

« J’exhorte les entreprises retenues dans le cadre de ce projet à fournir des infrastructures de qualité, respectant les normes les plus élevées, et à respecter les délais fixés.

Malgré les défis sécuritaires auxquels notre pays fait face, nous restons résilients et déterminés à offrir à nos concitoyens un cadre de vie digne et prospère. », a laissé entendre Gon Tali Martine Ki, directrice du CEGECI.

Selon elle, la cité de la Renaissance est un pilier du programme « Burkina Faso deenw kaa soow », qui vise à construire 50 000 logements, d’ici à l’horizon 2028.

« C’est un site qui a été mis à la disposition du CEGECI par le ministère en charge de l’urbanisme. C’est un projet qui s’inscrit dans la volonté du gouvernement de pouvoir mettre à la disposition des citoyens des logements décents. Cela fait partie de l’ambition du gouvernement dans les années à venir, à s’appuyer sur les promoteurs publics de l’Etat, à savoir le CEGECI et la SONATUR, mais également avec l’accompagnement du privé, pour pouvoir produire en masse des logements, afin de permettre aux Burkinabè de se loger décemment. », a indiqué Mikaïlou Sidibé, ministre en charge de l’urbanisme.

Il précise que des instructions ont été données au CEGECI, de travailler de concert avec les concessionnaires de réseau, à savoir la SONABEL et l’ONEA. Et qu’à la fin du projet, la viabilisation puisse suivre. Pour la première phase du projet, les tout-premiers logements sont attendus, d’ici à décembre 2024.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

IXe année de l’insurrection populaire : le Burkina rend hommage à ses martyrs

Ouaganews

Burkina/Scrutin présidentiel et législatif : que la compétition soit saine !

Ouaganews

Burkina : adresse à la nation du président du MPSR, chef de l’Etat, le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.