OUAGANEWS
A la Une Economie & Développement

Burkina/Ministère en charge de l’économie : la première session ordinaire du CASEM analyse les avantages des téléprocédures

Le Ministère de l’économie des finances et du développement (MINEFID) a tenu, ce vendredi 30 octobre 2020, à Ouagadougou, sa première session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2020. Cette  session  va, d’une part, examiner le bilan de la mise en œuvre du programme d’activités 2020 du ministère et d’autre part, identifier les défis à relever.

«Téléprocédures et mobilisation des ressources : défis et perspectives », c’est sur ce thème que s’est tenue, ce vendredi 30 octobre 2020, à Ouagadougou, la première session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’économie, des finances et du développement, de l’année 2020.

A l’entame de cette session, la ministre déléguée au budget, Édith Clémence Yaka, au nom du ministre de l’économie, des finances et du développement, a fait le bilan de la mise en œuvre du programme d’activités 2020 du ministère en charge de l’économie.

Le Ministère de l’économie, des finances et du développement tient sa première session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2020.

« L’appui technique apporté à douze (12) ministères pour l’élaboration de stratégies de développement et de plans d’action sectoriels dans des domaines spécifiques, la sélection de 83 promoteurs pour bénéficier des subventions du programme AgriNova, d’un montant total de 1,714 milliard de FCFA, la sélection et la formation en cours de 22 nouveaux bénéficiaires du programme Burkina Startups, la sélection de 10 930 dossiers de promoteurs bénéficiaires de crédit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL), la réception de 36 infrastructures dont 21 complexes scolaires et la réalisation en cours de 79 infrastructures dont 23 complexes scolaires et 36 forages, l’élaboration du rapport préliminaire du cinquième recensement général de la population et de l’habitation, entre autres », a énuméré la ministre déléguée au budget.

Dans l’objectif d’élargir l’assiette fiscale, de renforcer les actions de recouvrement et du contrôle fiscal, et de lutter contre l’évasion et la fraude fiscales au Burkina Faso, le MINEFID a engagé des réformes. Parmi celles-ci, Edith Clémence Yaka a noté l’utilisation des téléprocédures.

« Les téléprocédures permettent aux contribuables de s’acquitter de leurs droits, taxes et impôts par voie électronique », a-t-elle expliqué, avant de préciser que cette réforme est opérationnelle, depuis 2016, à la Direction générale des impôts (DGI) et en cours d’implémentation à la Direction générale des douanes (DGD). Après plus de trois années de mise en œuvre des téléprocédures, a poursuivi Mme Yaka, les administrateurs du CASEM vont échanger sur cette réforme, à travers le thème de la session, afin d’apprécier les effets induits sur la mobilisation des ressources internes.

Lasso Sama

Articles similaires

Financement du développement endogène : le civisme fiscal, la panacée du CES

Ouaganews

Burkina Faso/CENI : la publication des résultats provisoires suspendue

Ouaganews

Amélioration du climat des affaires : les grandes réformes du Gouvernement

Ouaganews

Laisser un commentaire