OUAGANEWS
A la UneSociété

CNAMU : pour impulser le développement à la base

Le Directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU)  Dr Yves Kinda, a estimé que « les dépenses directes de santé sont très importantes et impactent la capacité financière des populations. A cause des dépenses exorbitantes de santé, nos populations basculent dans l’extrême pauvreté ».

La Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU), depuis le lancement de ses activités en novembre 2019, a permis de prendre en charge de nombreuses personnes vulnérables et indigentes, soit 44 0384 dans les Hauts-Bassins et dans la Boucle du Mouhoun, juste en mutualisant les ressources.

Aussi, « l’Etat, en créant la Caisse nationale d’assurance maladie universelle, devient un assureur public des dépenses de santé. Qui parle d’assurance, parle de mutualisation. Il n’y a en réalité, pas gratuité, il y a par contre, mutualisation des ressources qui sont collectées au niveau de chaque Burkinabè. Maintenant, l’Etat dans sa politique de solidarité a pris l’engagement de prendre en charge les populations les plus pauvres de notre pays».

La phase-pilote a concerné quatre régions dont 70 000 personnes pour cette première vague,  prises en charge à 100%, que ce soit pour les consultations, l’hospitalisation, les examens médicaux, la chirurgie, les médicaments, etc. Ce, sur instruction  du Président du Faso, les indigents ciblés dans les quatre régions- pilotes ont bénéficié d’un panier de soins estimé à 7500 F CFA par personne, afin d’offrir des prestations de santé à tous les niveaux de la pyramide sanitaire (CSPS, CM, CMA, CHR, hôpital de district).

Au stade actuelle de la phase-pilote, la couverture d’assurance maladie universelle concernerait le secteur informel, les agriculteurs, les éleveurs, etc., qui devront bien entendu s’acquitter de leurs cotisations, puisque l’assurance maladie universelle devant être obligatoire selon la loi, sera étendue à toute la population du Burkina Faso : salariés du public et du privé, secteur informel, etc. Et comme le précise Dr Kinda, chaque citoyen paiera en fonction de ses revenus.

Il faut souligner qu’en termes de Produit intérieur brut (PIB), la santé, même en milieu rural,  a un impact majeur sur les individus et leurs familles, non seulement économique, mais aussi en termes de bien-être physique et moral, à court et long terme. L’importance d’améliorer la sécurité et la santé au travail est de plus en plus largement reconnue, mais il reste difficile de donner une image précise de cette tâche, à l’échelle mondiale. La collecte et l’analyse systématiques de données fiables et comparables ont varié dans l’espace et dans le temps, ce qui complique la comparaison des tendances et des données.

Ben Junior Traoré

Articles similaires

Burkina/Aide publique au développement : près de 1 232 milliards de F CFA en 2020

Ouaganews

DSN du PM/Manifestations d’élèves : le Premier ministre invite à cesser les violences dans les établissements d’enseignement

Ouaganews

Burkina : Zéph apporte un démenti ferme aux mensonges grotesques de ses détracteurs, suite à son interview à Jeune Afrique

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.