OUAGANEWS
A la Une Editorial

Côte d’Ivoire/Décès de Ham Bak : une année noire pour le RHDP

La nouvelle est tombée comme un couperet dans la soirée du 10 mars 2021, confirmant les rumeurs gonflantes sur la dégradation de l’état de santé du Premier ministre ivoirien, évacué urgemment en France, depuis le 18 février 2021. Hamed Bakayoko dit Ham Bak n’est plus. Foudroyé par un cancer, il s’en est allé à l’âge de 56 ans, laissant des milliers de ses compatriotes dans la tristesse et la désolation.

En l’espace de 8 mois, la Côte d’Ivoire a perdu deux de ses Premiers ministres en exercice. Sinistre série noire. Triste sort pour un pays qui soigne encore les plaies d’une longue crise sociopolitique. La disparition brutale de Hamed Bakayoko laisse un grand vide dans le camp présidentiel.

Il était l’homme à tout faire du président Alassane Ouattara, tant il savait maintenir les ponts entre toutes les couches sociales ivoiriennes. Connu pour sa grande générosité, Ham Bak était l’homme du peuple qui côtoyait les nantis et les pauvres.

De la simple ménagère au voyou de la rue, des chefs d’Etat aux stars de la musique et du football, il savait accorder de son temps et faire preuve de ses largesses à chacun. Doué d’un sens du contact extraordinaire, il a su faire preuve de tact dans ses différentes responsabilités au sommet de l’Etat ivoirien.

A son poste de ministre de l’intérieur en 2016, alors que l’armée est traversée par des crises à répétition, Ham Bak use de ses relations pour ramener le calme. En 2017, nommé ministre d’Etat, ministre de la défense, Hamed Bakayoko va appliquer avec succès la réforme du secteur de la sécurité (RSS) ivoirien. Ses différents succès dans ses missions renforcent son capital de confiance auprès du président Ouattara qu’il connaît depuis les années 90.

Certains le voient parmi les dauphins du chef de l’Etat. En mai 2020, alors que le Premier ministre et candidat à la présidentielle du 31 octobre de la même année, Amadou Gon Coulibaly, est évacué en France pour des raisons de santé, il se voit confier l’intérim du poste de Premier ministre, en plus de son portefeuille de la défense.

A la mort de Amadou Gon Coulibaly, le 8 juillet 2020, il est pressenti pour porter la candidature du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).  Finalement, c’est le président Ouattara qui se dédit, en annonçant sa propre candidature. Hamed Bakayoko est confirmé le 4 août 2020 dans son poste de Premier ministre.

Dans l’ambiance délétère de la candidature controversée de Alassane Ouattara, il s’investit, corps et âme, dans la campagne électorale jusqu’à la victoire de son patron.  Alors que son pays organise les élections législatives le 6 mars 2021, auxquelles il est candidat, Ham Bak a des soucis de santé.

Souffrant d’une grande fatigue, il se rend en France en janvier pour un contrôle, avant d’y retourner le 18 février dans un état critique. Réélu député pour la 3e fois, Hamed Bakayoko n’aura pas le temps de célébrer sa victoire, puisque la maladie a eu raison de lui à Fribourg en Allemagne. Surprenante fin d’un homme à la carrure herculéenne qui aura laissé une empreinte indélébile à tous ceux qui l’ont rencontré un jour.

Le départ de Hamed Bakayoko est un véritable coup dur dans la galaxie Ouattara. Ham Bak, au-delà de ses ambitions personnelles, savait faire la politique autrement, en dialoguant avec ses adversaires les plus farouches. Parti très tôt, il laisse derrière lui l’image d’un homme du peuple qui savait être utile aux autres. C’est pourquoi les hommages qui lui sont rendus de par le monde, depuis son décès, sont unanimes à saluer son humanisme et sa bonhommie. Va en paix Ham Bak. Que la terre de la Côte d’Ivoire te soit légère.

Ahmadou Bayala

Ouaganews.net

Articles similaires

Arts plastiques : « Wekré-Eclosion », pour incarner la résilience

Ouaganews

Burkina : l’Assemblée nationale propose 19 recommandations dont le report des législatives

Ouaganews

Burkina : le REN-LAC s’indigne de la liberté accordée au juge Narcisse Sawadogo

Ouaganews

Laisser un commentaire