OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Elections à Sao Tomé-et-Principe : la rivalité entre le président et l’ancien premier ministre aurait-elle profité à Abdoul Karim Sango ?

Le second tour de l’élection présidentielle à Sao Tomé-et-Principe se déroule, ce dimanche 5 septembre 2021. En effet, plus de 123 mille électeurs sont appelés aux urnes pour choisir le prochain chef de l’État de cet un archipel subsaharien situé à l’Ouest du Gabon. Les 2 candidats en lice pour le second tour sont Carlos Vila Nova, soutenu par l’Action démocratique indépendante (ADI) de l’opposition et Guilherme Posser Da Costa, candidat du Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe (MLSTP-PSD), parti au pouvoir.

Selon notre confrère « Le Pays », notre compatriote, l’ancien ministre de la Culture, des arts et du tourisme et actuel conseiller spécial du Président du Faso, Abdoul Karim Sango (AKS) conduit cette mission, information révélée la semaine passée. Cette nomination de AKS a-t-elle un lien avec le soubresaut politique en Guinée -Bissau ? Comme Sao Tomé-et-Principe, la Guinée-Bissau est aussi un pays lusophone.

Selon le média en ligne « Bissau on line », l’ancien Premier ministre de la Guinée-Bissau, Domingos Simões Pereira (DSP) qui se trouve actuellement dans la capitale du Portugal (Lisbonne), a déclaré avoir été invité formellement par l’UA pour conduire la mission d’observation des élections de l’UA à Sao Tomé-et-Principe.

Il dit avoir donné son accord de principe, mais  à la dernière minute, il a reçu un appel téléphonique de cette organisation l’informant que la mission était annulée.  DSP soupçonne les autorités de son pays d’être derrière la volteface de l’UA. Pour l’homme politique Bissau-guinéen, cette situation révèle les fragilités de l’UA et aussi celles des autorités actuelles de son pays.

Les soupçons de DSP se sont révélées justes. En effet, le gouvernement guinéen, par un communiqué lu par son porte-parole, Fernando Vaz, a reconnu avoir donné un avis négatif sur la désignation de l’ancien Premier ministre guinéen et leader du parti Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) pour diriger la mission d’observation des élections à São Tomé et Principe de l’UA.  Le  gouvernement justifie sa position par le fait que DSP ait contesté les résultats de la dernière élection présidentielle de 2019 dans son pays.

En effet, DSP qui a participé à l’élection présidentielle contre Umaro Sissoco Embaló (USE), actuel président de la Guiné-Bissau, a contesté les résultats, prétendant qu’il existait une fraude et la manipulation de voix en faveur de son rival. Cette situation avait plongé le pays dans une longue crise politique.

La Rédaction/Ouaganews

Articles similaires

Ecobank/Burkina : le DG sortant élevé au rang de chevalier de l’Ordre de l’Etalon

Ouaganews

Cadastre minier : la DGCM présente les résultats obtenus

Ouaganews

Burkina/Secteur financier : La BOA-BF versera 8, 14 milliards de FCFA à ses actionnaires

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.